imprimer l'article

Soleil artificiel et risques réels !

Bronzer ou se préparer à bronzer... le grand thème des pubs pour instituts de beauté énerve de + en + les professionnels de santé. C'est donc vraiment grave docteur ?

Qu’ont en commun l’académie nationale de médecine, des directeurs de recherche regroupés dans l'assoc' "Sécurité Solaire" et un magazine dédié aux droits des consommateurs ? Une cible en commun : les instituts de bronzage... Chacun a son angle d’attaque pour dénoncer les méfaits de la lampe à bronzer mais ils sont d’accord sur un point : ça craint ! A tel point qu'ils demandent solennellement au Président d'empêcher la création de pubs pour bronzer artificiellement.

La peau qui sent le cochon grillé… c’est pas normal !
L’académie n’y va pas par 4 chemins : "l’exposition aux rayons ultraviolets artificiels est néfaste" et elle "déconseille formellement l’usage de cette pratique". Les raisons médicales sont simples : les lésions cutanées que les lampes provoquent ont une guérison un peu aléatoire. Il faut comprendre qu’on s’expose non seulement à des brûlures mais surtout à des cancers de la peau… Une étude menée aux USA et publiée dans le Journal of the National Cancer Institue a évalué aux USA de 1,5 à 2,5 fois plus de cancers graves ou locaux quand la lampe fait son effet. Autre donnée préoccupante : les moins de 20 ans prennent encore un plus gros risque (x 3,6). C’est chaud mais ça fait froid dans le dos ! Autre dégât trop courant : la cataracte… Ben oui certains ne pensent même pas à se protéger les yeux lors des séances et les yeux c’est sensible !!!

Les solariums responsables ou irresponsables ?
C’est un peu le fond du problème… Les instituts de beauté et autres centres de bronzage sont souvent à côté de la plaque. Soit par ignorance, soit par volonté de profit. Que choisir en a testé 450 dans toute la France et les résultats vont de mauvais à médiocre en matière de connaissance sur le sujet et de médiocre à moyen pour la pratique ! Plus inquiètant , la grosse intox qui est faite autour du bon vieux thème "c’est bon pour vous"…
Premier gros mensonge : ça ne prépare pas au bronzage !
Deuxième point noir : aucune question préliminaire n’est posée pour savoir si la personne est "apte" à recevoir les uvs et à quelle dose. Le phototype est totalement ignoré alors que c’est la base de la base en matière de bronzage.
Autre dérive : c’est interdit aux mineurs et pourtant sur 25 centres visités, 24 ont laissé passer des moins de 18 ans…

Résultat, il ne faut pas prendre une séance de bronzage à la légère, bien s’informer à l’avance sur le centre où on le fait et surtout avoir un avis médical avant d’y aller et un suivi chez un dermato après…

tasante.com le 17/06/2003

Envoie ton témoignage !

S'inscrire