imprimer l'article

Cerner l'automutilation

Aborder un tel sujet demande d'avoir les tripes bien accrochés. Pourtant, il faut vraiment outrepasser sa peur, sinon, pas moyen de comprendre ce qui se passe. Et il s'en passe des choses en matière d'automutilation.

L'automutilation commence à 90% aux alentours de 14 ans. Elle s'aggrave en moyenne avec l'âge jusqu'à 20 ans. Et plus le temps passe, plus il est difficile de perdre cette habitude.

A titre d'exemple, 0,75% de la population américaine souffre d'automutilation, soit environ 2 010 000 personnes. Difficile de trouver des chiffres fiables pour la France ou l'Europe. En tout cas, selon toute probabilité, nous connaissons au moins une personne qui a pratiqué l'automutilation. 11,2% des jeunes femmes confient s'être infligé des douleurs physiques volontaires, contre 3,2% des jeunes hommes. C'est donc une expression plus féminine d'un mal être.

Selon les études et les témoignages, ce qui déclenche le geste fatidique c'est que la personne n'est plus en mesure de verbaliser ses émotions. Elle ne peut plus communiquer alors elle se fait du mal.
On peut noter aussi qu'il existe une interaction entre les troubles du comportement alimentaire et l'automutilation. D'un point de vue statistique, ces deux soucis psychologiques se succèdent, voire se cumulent assez souvent. L'explication donnée par les interviewés révèle que pour elles, la peau est un contenant pas trop supportable, comme une frontière vers leur intérieur propre.

Dans beaucoup de cas, la vue du sang apaise, et la douleur n'est pas un élément abordé de manière directe, frontale, mais détournée. La douleur physique devient l'expression d'une douleur intérieure.

On peut trouver l'équivalent social de l'automutilation, bien qu'il ne s'agisse pas du tout du même cheminement de l'esprit. Tatouages, piercings, et autres scarifications, shaping ou branding, il s'agit ici d'automutilation à valeur sociale. Il n'y pas du tout le même rapport au sang, qui ne se voit pas ou peu pendant ces opérations. De plus la douleur fait partie du rite d'initiation, elle ne se comprend pas comme une expiation.

Le Fil Santé Jeune : Ecoute téléphonique pour tous les types de problèmes que rencontrent les jeunes
0 800 235 236

--
Tu veux en savoir plus ? Discuter ? T'exprimer ? Témoigner ? Va sur le forum : tes trucs pour penser positif
--

 

tasanté.com le 18/09/2003

Envoie ton témoignage !

S'inscrire