imprimer l'article

Internet, ça soigne ?

"Internet est un piège, Internet est dangereux, etc"... entend-on souvent dans les médias. Et si c'était le contraire ? Un point de vue psy sur le bon effet des forums, des chats et des blogs !

Pourquoi on utilise internet pour communiquer et se rencontrer ?
Internet propose plusieurs portes d’entrée (chat, forum, jeux en réseau). On s’aperçoit que les filles vont plus sur les chats et les forums car ce sont des lieux qui privilégient le discours de l’intimité et la mise en forme de sa propre expérience alors que les garçons vont plus vers les jeux vidéo avec la volonté de faire valoir qu’ils sont les meilleurs (stratégie d'affrontement). Mais le plus étonnant est que tous ces espaces sont en fait gérés de la même manière : les jeunes créent des étapes successives à travers lesquelles la rencontre peut être apprivoisée. Dans les chats et les forums, les participants entrent avec une identité d’emprunt qui respecte leur anonymat et ils peuvent se retirer à tout moment. Finalement c’est une protection, une manière d’introduire une certaine pudeur puisqu’on se dévoile au fur et à mesure et sans y être jamais obligé par autrui. Cela permet aux jeunes de se soigner, en quelque sorte, de l’emprise actuelle de la pornographie qui pousse à imaginer la rencontre sur un mode de sexualité extrême, performante, crûe, exigeante etc… Avec le porno, les garçons se disent en effet que les filles ne "pensent qu’à ça" et qu’il faut donc leur sauter dessus, et les filles que les garçons "ne pensent qu’à ça" aussi et qu’il ne faut rien refuser de ce qu’ils demandent, sinon ils iront voir ailleurs ! Les chats et les forums sont utilisés pour réintroduire une progressivité de la rencontre. Les stratégies du virtuel sont souvent des stratégies d’apprivoisement du réel. On a beaucoup mis l’accent sur le fait qu’Internet puisse pousser des jeunes à prendre le large et à se "perdre", mais on s’aperçoit qu’en pratique la plupart des jeunes utilisent Internet pour faire un détour et rentrer au port dans des conditions optimales…

Y-a-t-il des gens qui se "perdent" vraiment ?
Il commence à exister en France des cliniques ou des consultations spécialisées traitant la cyber addiction et de la problématique de l’image. Mais cette assimilation est dangereuse. On ne peut pas mettre la consommation effrénée d’images sur le même plan que le tabac, l’alcool et le shit qui sont des produits toxiques qui n’ont pas de sens en soi. Internet et les jeux sont des produits qui sont toujours chargés de sens. En outre, il y a des différences considérables entre un enfant accro à la télévision et un autre accro aux jeux vidéo. Devant la télé, on est passif, mais devant son PC, il y a interaction, et quand on est sur le réseau, il existe aussi une quête de reconnaissance par les pairs. Et puis, souvent, ce n’est pas parce qu’un jeune est accro à Internet qu’il cesse de parler à ses parents, mais c’est au contraire parce que la communication familiale n’existait plus depuis longtemps que ce jeune se réfugie dans le monde d’Internet. Beaucoup d’enquêtes montrent que les parents mentent énormément à leurs enfants. Internet est un média où on ment, mais explicitement ! Les images ont toujours l’honnêteté de leur mensonge.

Finalement internet est un tour de passe passe qui consiste à passer par l’illusion pour arriver à sa réalité ?
C’est tout à fait ça, Internet est une machine qui permet de partir loin pour revenir à soi et ce détour est permis grâce aux interlocuteurs que l’on rencontre en chemin. Bien entendu, il y a toujours des personnalités qui s’égarent, mais rien ne prouve qu’ils ne l’auraient pas fait de toute façon.

Pour vous c'est quoi l'avenir du net ? Que pensez vous des weblogs ?

Rendre public son journal intime fait exactement partie des manifestations de ce que j’appelle "le désir d’extimité". Notre intimité ne prend de la valeur à nos propres yeux que si elle est reconnue par quelqu’un d’autre. C’est pourquoi de plus en plus les gens proposent des aspects dans leur intimité dans le domaine publique via Internet de façon à les faire reconnaître. Cela les rassure sur le fait que ce qu’ils perçoivent comme intime est "beau". Si je parle de mes pensées intimes à un proche, il y a 1 chances sur 2 pour qu’il me dise "mais t’es complètement fou !". Mais si je les mets sur Internet, il y a 9 chances sur 10 pour que quelqu'un me dise : "C’est formidable, je partage exactement le même point de vue !" Cela incite bien entendu à mettre sur Internet des choses toujours plus intimes pour les faire valider, et donc de plus en plus extrêmes. Bien entendu, s’il n’y avait aucun autre correctif, ce serait hyper dangereux, mais encore une fois, cette validation via Internet n’est qu’une première étape. Tout se joue ensuite dans des rencontres "vraies" où chaque chose reprend en principe sa juste place.

Les autres sujets :
Le net, les ados et la famille.
Les psys dans les médias
Retour au dossier

tasante.com avec Serge Tisseron le 07/11/2003

Envoie ton témoignage !

S'inscrire