imprimer l'article

Le deuil

Faire son deuil est une étape psychologique importante pour retrouver une vie normale après une perte : la mort, la séparation, la disparition...

Qu'est-ce que c'est ?
C'est un ensemble de réactions physiques, psychologiques et affectives liées à la détresse que l'on ressent à la perte d'un être aimé. Perte peut signifier mort, mais aussi disparition, séparation. On se trouve démuni et en souffrance devant la nécessité de modifier notre attachement à l'être perdu du fait de son départ. Bref, on doit s'en détacher mentalement après que la vie l'a détaché de nous physiquement.

Le deuil est un processus lent et douloureux qui comporte en général 3 phases : la détresse, la dépression et l'adaptation. Parfois le mécanisme se complique ou se bloque et l'une des phases peut durer très longtemps. C'est notamment le cas quand un proche disparaît sans que l'on sache s'il est vraiment mort ou pas (enlèvement, disparition inexpliquée...) : alors il est beaucoup plus dur de pouvoir suivre le processus.
Le deuil peut s'accompagner dans les cas les plus grave de manifestations psychosomatiques et de tendances suicidaires.

Comment ça se passe ?
Chaque deuil est bien sûr différent mais les psys ont repéré 3 étapes :

1/ le choc : c'est net en cas d'accident ou de mort brutale mais cette phase existe aussi dans le cas de maladies graves où la mort avait été annoncée. Le choc peut être associé au déni (on ne veut rien savoir de cette mort/perte/séparation). C'est un mécanisme qui nie la douleur au moyen de la rêverie, de l'intellectualisation ou de l'humour. Puis la douleur s'éveille et le monde extérieur n'existe plus.

2/ la dépression : parfois associée au sentiment de culpabilité (Comment puis-je être en vie alors l'autre est mort ? Pourquoi n'ai-je pu rien faire pour le sauver ?). C'est un authentique état dépressif avec troubles de l'appétit, de la sexualité, du sommeil et une intense fatigue.

3/ le soulagement : il se manifeste d'abord au cours des rêves. Puis vient la fin totale du deuil avec la formation de nouveaux attachements et la reprise du goût de vivre qui se traduit par des projets.
Il n'y a pas vraiment de moyen pour accélérer ce processus très long. La seule chose qui puisse aider est de parler de la personne disparue et ne pas se retenir de pleurer au risque de se créer des blocages beaucoup plus lourds à gérer par la suite.

--
Et aussi :
Réagir à la mort d'un être aimé
Rateau, séparation, échec scolaire, exams manqués : Que faire face à l'échec ?
Bloquées sur leur premier amour : témoignages
--

tasante.com le 08/01/2004

Envoie ton témoignage !

S'inscrire