imprimer l'article

Dopage : mode d'emploi !

Evidemment on va pas te donner les adresses d'un bon dealer d'EPO ou de THG mais plutôt t'expliquer de quoi on parle quand t'entends qu'un sportif est dopé.

Maintenant, on le sait, y'a pas que les cyclistes qui sont dopés à l'insu de leur plein gré ! C'est un problème qui touche tous les sports et ce depuis plusieurs années… Football, basket, tennis, natation, athlétisme… en fait il est plus difficile de trouver un sport où il n'y a pas eu dopage que le contraire. Eventuellement la pétanque mais l'alcool n'est pas forcément licite en compet' non plus. ;)

Le principe est simple. Il s'agit de prendre des substances pour améliorer ses performances. A la base tout le monde a droit aux vitamines pour avoir bonne mine et aux petits médicaments pour réparer les bobos. Mais derrière il y a un véritable arsenal chimique illégal à la portée de n'importe quel sportif peu scrupuleux et bien placé. Aujourd'hui on répertorie plus de 400 substances interdites qui circulent regroupées en plusieurs grandes familles.
Les narcotiques : ils sont normalement utilisés pour lutter contre une douleur intolérable. Morphine, héroïne sont les plus connus parce qu'ils sont aussi dans la rue !
Les stimulants : comme leur nom l'indique, le but est de booster le sportif à un moment bien précis. C'est notamment dans cette famille que l'on retrouve la cocaïne. Tous ces produits rendent le dopé plus agressif et diminuent son impression de fatigue.
Les anabolisants : on les appelle aussi stéroïdes. Ils permettent de grossir la masse musculaire et donc d'être plus fort. Un des plus connus est la "nandrolone". C'est ce genre de produit qui rend les femmes plus viriles et qui provoque des cancers mal placés chez les hommes. Dernier produit en vogue dans cette famille : la THG, indétectable par les contrôles classiques. On réalise en ce moment même que de nombreux champions américains d'athlétisme en prenaient presque tous... surtout les champions du monde ! ;)
Les hormones : ça regroupe plein de produits dont les effets sur l'organisme sont variés. On retrouve notamment l'EPO qui permet une surproduction de globules rouges qui boostent le transport de l'oxygéne. Le dopé supporte mieux la fatigue et met moins de temps à récupérer : idéal pour un calendrier chargé !
Les produits masquants et diurétiques : ils permettent d'éliminer ou de cacher les substances dont on vient juste de parler ! Ca n'améliore pas les performances, c'est juste pour échapper aux policiers.
Et puis il y a les inclassables comme la créatine, produit ni autorisé, ni interdit par de subtils contournements juridiques. Ils sont nombreux à en prendre (Zidane l'a avoué récemment, Mary Pierce l'avait fait avant lui…) car il permet de mieux récupérer physiquement et gonfle un peu les muscles.

Après tout ça il est facile de comprendre que finalement le dopage se rapproche souvent dangereusement de la notion de dépendance à une drogue (quand ce n'est pas directement le cas) et que ça pose des gros problèmes psychologiques (quand ce n'est pas médical). Trop souvent le dopé pense à court terme et ne voit pas le cancer ou le pétage de plomb qui l'attendent quelques années plus tard…

tasante.com le 23/02/2004

Envoie ton témoignage !

S'inscrire