imprimer l'article

Les différents usages du cannabis...

Le centre Emergence de l'hôpital Montsouris à Paris accueille ados et jeunes adultes qui présentent des problèmes liés à la consommation de substances psychoactives, dont le cannabis.

A partir de quand la consommation de shit devient-elle problématique ? Olivier Phan, le directeur du centre explique son approche dans le rapport Toxibase-Crips (2004).
La population des usagers de cannabis n'est pas homogène : âge, niveau social, environnement familier, activité scolaire ou professionnelle, histoire familiale et personnelle, existence ou non de troubles psychiques.... Tous ces facteurs sont déterminants dans le diagnostic des médecins du centre Emergence qui ont repéré 3 grandes familles de consommateurs de cannabis avec 3 modes d'usage très différents :

L'usage festif
Ce mode de conso concerne le fumeur qui consomme occasionnellement et toujours en groupe. Il apprécie surtout le cannabis pour son action sur les perceptions sensorielles : mieux ressentir la musique, mieux communiquer avec ses potes..., sont les arguments avancés par ce type de fumeur qui met l'accent sur l'aspect convivial de la substance.

L'usage auto thérapeutique
Ce type de fumeur est surtout sensible aux effets relaxants et hypnotiques du cannabis qu'il met à profit pour traiter son anxiété et/ou ses troubles du sommeil. Il consomme seul. Ce type d'usage peut être quotidien (par exemple un joint tous les soirs avant de se coucher pour être sûr de dormir).
A ce stade, des signes de sevrages apparaissent si le fumeur décide de faire une pause ou d'arrêter : anxiété, irritabilité, perturbation du sommeil, voire de l'appétit, envie forte de prendre des produits (médicaments, alcool etc.).

La défonce totale
Effacer toute pensée désagréable ou douloureuse, sortir du réel qui fait trop souffrir, mettre à distance les problèmes de la vie quotidienne, voilà le type de motivation qui conduit ce 3e mode de consommation de cannabis. Très souvent ce genre de consommateur a des problèmes psychologiques sous-jacents, des problèmes scolaires, professionnels ou familiaux. Ce mode de conso nécessite une prise en charge appelée bifocale, c'est à dire qu'elle associe 2 thérapies : l'une centrée sur la conduite addictive et le produit; et l'autre sur les problèmes psys.
--
TEST : Tu veux savoir si t'as un souci avec le shit ?

T'as besoin d'aide ?
Les adresses des consultations cannabis en France
Un reportage, à Bordeaux, au GRICA une structure d'aide par rapport au cannabis
--

taSanté.com le 26/07/2006

Envoie ton témoignage !

S'inscrire