imprimer l'article

Automutilation : pourquoi se faire mal ?

17 ans, envie de crier mais ne trouvant pas les mots, Sophie s'est tailladé les avant-bras. Pas pour mettre fin à ses jours mais pour que la douleur vienne apaiser sa colère... Que faut-il faire pour s'en sortir ?

Pourquoi certains d'entre nous en viennent à se faire souffrir ? Peut-être y as-tu déjà pensé, peut-être même l'as-tu déjà fait, peut-être qu'une de tes copines est concernée ? Que faut-il faire pour sortir de cette spirale infernale ? .

"Un échec et un besoin de la relation"
Pour Philippe Jeammet, Professeur de psychiatrie de l'enfant et de l'adolescent, la situation la plus typique, c'est celle de l'adolescente qui est dépendante affectivement de son entourage, mais qui en même temps ne supporte plus que ses parents s'occupent d'elle comme d'une petite fille. "Psychologiquement, ces filles ont en même temps un grand désir de réussir, beaucoup d'ambition, mais une mauvaise estime d'elle-même. Souvent, elles ne s'aiment pas."

Face à une insatisfaction qui ne va pas arriver à sortir, elles peuvent alors avoir tendance à s'isoler, à s'enfermer et au bout d'un moment, à se taillader ou s'infliger des brûlures de cigarette. Ce comportement est assez souvent associé à des troubles de l'alimentation, comme la boulimie. Paradoxalement, la douleur que l'on tourne contre soi a quelque chose de rassurant, on se sent un certain pouvoir, on n'a pas besoin des autres et on a l'illusion d'avoir choisi soi-même.

"Le retournement contre soi d'une envie et d'un désir blessés"

La douleur n'est pas recherchée pour elle-même, la personne n'est pas masochiste, elle n'est pas suicidaire non-plus, bien que des fois cela puisse précéder une tentative de suicide. La douleur est recherchée parce qu'elle permet de retrouver ses limites. Un peu comme une gifle que l'on s'inflige pour retrouver ses esprits. Si l'on veut bien comprendre, il faut se dire qu'à une toute petite échelle le fait de se ronger les ongles relève de la même problématique. Tandis que la tentative de suicide traduit clairement l'envie d'en finir avec la vie, l'auto-mutilation est un essai non pas pour supprimer le problème, mais pour l'éviter.

Au fond la douleur est plus intérieure qu'extérieure, Philippe Jeammet observe que ça vient à la place d'un cri qu'elles auraient envie de lancer, d'une colère et il précise qu'il y a toujours une déception, mais que parfois la déception est perçue comme plus douloureuse que la douleur physique.

La suite : comment faire pour s'en sortir

--
Teste-toi :
Es-tu dépressif ?

Va voir aussi :
Quand ça va mal
Questions sur la dépression
La dépression et sa prise en charge

Discutes-en :
Trace sur les forums Jamais comme il faut : filles
--

Deviens Fan de Tasante sur Facebook !
Rejoins le groupe Tasante sur Skyrock !
Follow Tasante sur Twitter !

Tasante.com le 12/11/2011

Envoie ton témoignage !

S'inscrire