imprimer l'article

Se faire mal, pourquoi ?

Pourquoi certains d'entre nous en viennent à sa faire souffrir ? Peut-être y as-tu pensé, peut-être l'as-tu fait, peut-être qu'une de tes copines est concernée... ?

"Tolérance zéro"
Pour Philippe Jeammet, l'entourage qui a sous les yeux une personne s'étant infligée des blessures doit dire « stop ». Il ne faut pas se dire : "elle fait ce qu'elle veut, cela va passer". Il faut être clair là-dessus, on ne choisit jamais de se faire du mal. Il faut poser tout de suite une limite, même si la personne dit qu'elle contrôle le truc, il faut lui dire stop. Ce que tu fais est injuste, ce que tu fais est inefficace !

Parce que le piège c'est l'engrenage. Plus on adopte ce système de réponse à une émotion, à une angoisse et plus le système se renforce pour devenir très difficile après à modifier. Alors, les parents ne sont pas toujours les mieux placés, mais différents intervenants, amis, cousine, grand-mère, peuvent aider à casser le cercle vicieux. Ce qui compte, c'est la confiance, que la personne puisse se confier, trouver une ouverture pour dépasser sa gêne. Cette personne pourra alors la mettre en contact avec un quelqu'un d'un peu spécialisé : médecin, psychologue, psychiatre.

"On est juste des outils pour que la personne retrouve une marge de liberté"
Pour que la personne s'en sorte il faut compter sur sa vitalité. Il ne faut pas s'apitoyer, la plaindre, mais au contraire lui dire « vous avez une sacrée énergie, il va falloir à un moment que vous choisissiez de vous battre avec vous-même pour que ça cesse ». Après, par exemple lors d'une psychothérapie, le travail consistera à reprendre confiance en soi, à changer son image de soi et à parvenir à purger sa colère et tout ce qu'on a sur le coeur. Ca passe par des mots, parfois des cris.

Quoi qu'il en soit, il faut que la personne comprenne que le psy, les médecins, les traitements éventuels ne sont que des outils pour qu'elles se redonnent de la liberté. Parce que c'est bien de liberté dont il s'agit, retrouver la liberté de d'inventer d'autres réponses aux frustrations, aux colères, aux déceptions de la vie. Au moins un peu de liberté, parce que la liberté absolue n'existe pas.

Retour à la 1ère page

--
Va voir aussi :
Une autre interview de Phlippe Jeammet sur le suicide
Cerner l'automutilation

Discutes-en :

Besoin d'un conseil, d'un soutien : appelle filsantejeunes au 0 800 235 236 (gratuit et anonyme)
Envie de témoigner, donne ton avis sur le forum
--

Deviens Fan de Tasante sur Facebook !
Rejoins le groupe Tasante sur Skyrock !
Follow Tasante sur Twitter !

Tasante.com le 12/11/2011

Envoie ton témoignage !

S'inscrire