imprimer l'article

Suicide : le combat des proches

On en parle partout, le drame d'Ivry-sur-Seine est dans beaucoup de têtes. Depuis samedi, habitants, proches défilent silencieusement devant la barre de 17 étages d'où se sont jetées deux filles de 14 ans.

Comprendre
Ce qui frappe dans les interviews, c'est le besoin de comprendre. Pourquoi l'ont-elles fait ? Chaque proche, copain, famille, se pose la question et peut avoir sa propre idée. Pour certaines, c'était leur look gothique qui provoquait leur rejet par les jeunes du quartier, pour d'autres, elles étaient mal dans leur vie d'une façon plus générale. Les psychiatres interviewés limitent leurs explications aux données factuelles : pacte suicidaire, difficultés de l'adolescence etc... Quoi qu'il en soit, ce travail de compréhension est indispensable pour les proches puisqu'il leur faudra bien une explication. Mais il y a une limite à cela : on parvient rarement à savoir ce qui provoque le passage à l'acte.

Culpabiliser
Pourquoi n'ai-je pas compris ? Qu'est-ce que j'ai raté ? Parmi les proches d'un suicidé, ces questions reviennent forcément et peuvent devenir très toxiques. Si se boucher les oreilles quand l'autre va mal n'est assurément pas une solution, ça n'en est pas une non plus de s'en croire responsable. On n'empêchera jamais tous les suicides. Il faut être réaliste.
A Ivry, le choc a été tel que le SAMU a installé sur place une cellule d'urgence médico-psychologique pour prendre en charge les témoins du drame, et assister les familles et proches des jeunes filles.

Parler, ne pas garder au fond de soi ce qui ne va pas. C'est aussi pour ça qu'on en parle sur tasante... Pour dire que ce n'est ni juste ni efficace de se suicider quand on a mal et puis se changer les idées pour se remonter le moral.
--
- Pour en parler : the forum
- Ados et suicide : l'interview du Pr Jeammet
- Comment réagir à la perte d'un proche
- Quand ça va mal
--

tasanté.com le 26/09/2005

Envoie ton témoignage !

S'inscrire