imprimer l'article

Charlotte Valandrey parle de sa séropositivité

C'est la première fois qu'une actrice française dévoile sa séropositivité. L'héroïne de la série « Les Cordier Juges et flics » a décidé de tout dire. Elle publie un livre «L'amour dans le sang» et se livre dans les pages du magazine L'Express.

Parler pour se libérer
« Je veux juste me libérer d’un secret et retrouver une vie normale » tels sont les mots de Charlotte Valandrey qui refuse qu’on fasse d’elle un exemple ou une icône militante. Si elle parle aujourd’hui c’est parce qu’elle a gardé son secret trop longtemps. A 36 ans, l’actrice est en effet séropositive depuis 1985. C’est à 17 ans qu’elle apprend la terrible nouvelle. « Je ne me suis pas méfiée de l'amour. J'ai été insouciante, comme les filles de mon âge, peut-être un peu plus. Je ne savais rien du sida, à part les trucs entendus à la télé: la cible, c'étaient les homos, les toxicos. Je ne me sentais pas concernée ». A partir de ce jour, elle cache sa séropositivité et essaie d’oublier. « Je vais prévenir mes parents, et puis oublier, vivre vite, ne plus penser à ce truc dans mon sang. C'est peut-être ça qui m'a fait tenir dix ans sans prendre de médicaments ». A l’époque, la trithérapie n’existe pas et le sida est un sujet tabou mal compris par le grand public. Charlotte fait donc comme si de rien n’était. « Parce que le VIH, je ne l'ai pas «calculé», je l'ai ignoré. Parce que je ne lui ai laissé aucune place. Jamais. Le jour où j'ai su que j'étais séropositive, je l'ai mis de côté. J'ai fait comme si je ne l'étais pas. A part les deux prises de sang par an, je refusais d'y penser. Le matin, en me levant, je n'y pensais pas ». Toutes ces années, l’actrice fait tout son possible pour cacher son état. Par exemple, elle mange énormément pour paraître en forme, bien joufflue donc pleine de vie, comme si tout allait bien. Aujourd’hui, ce secret est devenu est trop lourd à porter. Après 15 ans d’analyse avec une psy, elle a enfin compris qu’elle n’est coupable de rien et elle n’a plus peur de parler et de dire la vérité, tout simplement.

Parler pour donner espoir
« Au cinéma, à la télé, j'ai tourné le plus possible, multiplié l'effort comme on se débat. La mort, cette garce, je l'ai tenue à distance ». Preuve que sa ténacité est récompensée, pendant 15 ans Charlotte garde sa silhouette de jeune fille et ne ressent rien de la maladie, aucune infection, rien. Depuis 5 ans, elle commence à voir son corps changer mais elle l’accepte. Malgré ses 23 pilules quotidiennes et une greffe de cœur (non liée au sida), Charlotte Valandrey résiste admirablement ! Si le cinéma l’a un peu écartée, notamment en lui refusant le rôle principal de « Noces blanches », elle a connu un fort succès dans la série « Les cordiers juges et flics ». Côté cœur, Charlotte a vécu deux belles histoires d’amour et a même donné naissance à une petite fille. « Ce désir d'enfant est le fruit de ma volonté de survivre. La science, aussi, a fait des progrès, le Pr Rozenbaum nous avait confortés: aucune femme n'avait transmis le VIH à son bébé, selon les cas recensés à l'époque. Tara est née il y a cinq ans, elle est séronégative ». Aujourd’hui, malgré sa séropositivité, Charlotte Valandrey continue à vivre, elle a plein de projets en tête. « J'ai envie de refaire du théâtre, une série TV, envie d'un autre enfant, d'un nouveau compagnon. Je me passionne pour le yoga… ».

--
Pour en savoir plus :
Avoir un enfant quand on est séropositive
La capote pour filles
Les "survivants" du sida
Que faire en cas de prise de risque ?
Forum sida
--

tasanté.com avec l’interview de Charlotte Valandrey dans le magazine l’Express le 27/09/2005

Envoie ton témoignage !

S'inscrire