imprimer l'article

La greffe d'Aline

Aline souffre de la même malformation cardiaque qui a emporté son père et son grand-père. A 18 ans, elle est hospitalisée. Son seul espoir est une greffe cardiaque.

Après de longues heures d'attentes, et une opération de plus de neuf heures, Aline renait à la vie, avec, dans sa poitrine, un coeur qui bat qui n'est pas le sien. Nous l'avons interviewé à l'occasion de la sortie de son livre.

Je m'appelle Aline, j'ai 21 ans. Je viens de Franche-Comté, Belfort. Je suis étudiante à la fac, en LEA et mon projet c'est de partir étudier à Dijon, pour devenir clerc de notaire.

Qu'est-ce que cela a changé pour toi cette opération ?
Elle m'a permis de recommencer à vivre et à faire des projets. Dans ma vie, il y a un avant et un après la greffe. Avant, j'avais tout le temps besoin de ma mère, j'avais peur que mon coeur s'arrête d'un moment à un autre. Après, c'est comme si j'avais grandi tout d'un coup.
Je n'étais plus une petite fille, je n'avais plus peur, tout cela grâce à ce nouveau coeur qui bat maintenant dans ma poitrine. Même les médecins, aujourd'hui quand je consulte, c'est une petite ballade par rapport à la période où j'attendais d'être greffée. J'étais complètement dépendante des médecins, suspendue à leurs lèvres, à ce qu'ils allaient bien pouvoir m'annoncer.

Ce blog, pourquoi tu l'as fait ? qu'est-ce qu'il t'apporte ?
Après ce qui m'est arrivé, j'ai trouvé important de militer pour le don d'organes. La France est un des pays où la pénurie se fait la plus sentir. Je me suis engagé dans une association, j'ai participé à des opérations de sensibilisation et j'ai donné pas mal d'interviewes dans la presse de ma région. J'ai pensé au blog, parce que j'ai eu envie de faire encore plus de bruit par rapport au don d'organes et puis c'est un outil génial pour s'évader, se changer les idées et rencontrer d'autres personnes. Je réponds aux messages et aux commentaires - environ 60 par jour. j'ai pu entrer en contact avec une miss de Nancy, dont le papa attendait une greffe du coeur. Maintenant, il l'a eu et je suis vraiment contente.

Et le livre, c'est un peu la même idée ?
Oui, avec l'envie de toucher encore plus de gens, parce que je m'aperçois que ce qui est le plus efficace pour sensibiliser les gens au don d'organe, c'est de connaitre quelqu¿un qui a bénéficié d'une greffe. Il faut leur parler de faits concrets et leur dire que « la greffe ça marche » et j'en suis la démonstration vivante. Sinon, quand on leur pose la question, les gens dans leur majorité ils sont pour le don d'organe, mais cela reste de la théorie, cela fait bien de dire qu'on est pour, mais le problème c'est quand il faut passer à l'acte. Etre pour cela ne suffit pas, il faut en parler, dire si on accepte ou pas d'être prélevé pour qu'en cas de mort brutale la famille sache quoi dire aux médecins.
Evidemment, moi je préfère les gens qui acceptent d'être prélevés, mais je respecte et je ne juge pas ceux qui refusent, qui s'inscrivent dans le registre national. Ce que je ne supporte pas c'est ceux qui s'en foutent en faite¿
---
Références du livre d'Aline Feuvrier-Boulanger :
"Mon coeur qui bat n'est pas le mien"
Oh ! Editions
 

Faire connaissance avec Adeline sur son blog Skyrock

Positionne-toi sur Internet pour ou contre le don d'organe


Plus d'infos sur le don d'organes
--

tasanté.com le 15/05/2007

Envoie ton témoignage !

S'inscrire