imprimer l'article

2 pratiques 100% sexe ! (suite)

Doit-on forcément faire une fellation ou un cunnilingus à son ou sa partenaire ? Et la sodomie, c'est obligé ? Les questions reviennent souvent et la réponse est « non », évidemment ! Zoom sur ces deux pratiques sexuelles...

Passe le Test et découvre les positions qui te vont le mieux !
Ton kâma perso !

La sodomie ?

Est-ce que ça fait mal ? Est-ce qu'on est obligé de le faire ? Y a-t-il des risques de transmission d'IST (comme le sida) ? Voici toutes les infos pour t'aider à faire ton choix, te guider et surtout, pour que tout se passe bien le jour J...

Pourquoi ils ont envie de le faire ?
La sodomie est une pratique qui attire les garçons par curiosité avant tout. Et aussi parce que c'est pour eux un challenge de réussir à convaincre leur partenaire rarement très motivée au départ.

Sodomie, que répondre ?
Certaines femmes disent un non définitif et c'est leur droit le plus strict, heureusement. D'autres acceptent de tenter le coup pour faire plaisir, d'autres par curiosité. On ne doit le tenter que si l'on est d'accord. Si cette pratique sexuelle te choque ou te fais peur, il faut dire non. Ce qui serait encore choquant, c'est de se sentir obligée pour faire comme les autres. Comme pour toutes les pratiques sexuelles (et pour tout dans la vie en général !) ne fais donc que ce que tu désires.

Comment ça se passe ?
Au total, en pratique, la sodomie n'est pas toujours possible. Elle peut faire très mal, ou bien se passer mécaniquement sans grand plaisir pour la femme, ou bien... être une découverte procurant du plaisir, bien qu'au départ, cette muqueuse ne soit pas adaptée naturellement à cette pratique. En fait seul un couple sur 3 l'expérimente un jour ou l'autre. Les 2/3 ne le font jamais. Et ceux qui le tentent sont seulement 5 % à adopter cette pratique de temps à autre. On peut dire qu'elle n'est pas souvent une découverte si géniale qu'on ait envie de le faire souvent (en général !).

Comment ça se passe ?
Quand on veut tester la sodomie, elle doit être pratiquée avec énormément de douceur parce qu'elle occasionne des micro-lésions de la muqueuse anale et rectale, beaucoup plus fragile que la muqueuse vaginale. Il faut donc prendre le temps de caresser de ne faire une pénétration que très très progressive. On n'y parvient d'ailleurs pas toujours la première fois. Il faut aussi systématiquement ajouter beaucoup de gel lubrifiant (à base d'eau exclusivement) sur la capote et sur les bords de l'orifice pour limiter les frottements. Sans ces précautions indispensables la sodomie peut être une pratique très douloureuse. Pour finir l'anus ni pas élastique, ni lubrifié comme le vagin. C'est pour cela que des microsaignement se produisent toujours. D'où le risque pour les IST à cause de la présence de sang. La pratique fréquente de la sodomie peut poser quelques soucis car l'anus ne peut revenir à sa forme initiale serrée aussi facilement que le vagin après la pénétration. Si vous aimez, il ne faut donc pas en abuser...

Les risques ?
Sur le plan "technique", la sodomie comporte un risque de grossesse ! Non parce que le sperme dans le rectum peut entraîner une grossesse évidemment. Mais parce que le sperme sort de l'anus, coule le long de la rigole qu'il trouve et peut entrer dans le vagin...
La sodomie est à très haut risque de transmission d'IST, dont le virus du sida. C'est la pratique sexuelle qui entraîne le plus haut risque. Pourquoi ? Dès qu'il y a pénétration vaginale ou anale, les muqueuses (gland, vagin, anus) sont en contact avec les secrétions sexuelles (liquide pré-séminal, secrétions vaginales, sang en cas de pénétration anale), et les conditions sont réunies pour qu'une contamination puisse avoir lieu. L'éjaculation ou la présence de sang (pendant les règles, lors des premiers rapports, lorsque le rapport est forcé, ou lors de la sodomie) augmentent le risque de transmission. Si l'un des partenaires (ou les deux) est atteint d'une infection sexuellement transmissible, le risque de transmission est également accru. Enfin, il faut changer de préservatif en changeant d'orifice (anus/vagin) au cours du même rapport. En effet, dans le rectum se trouvent beaucoup de microbes. Si on les amène dans le vagin, c'est l'infection vaginale assurée.

T'as zappé des infos sur le sexe à l'oral ? Reviens au début !

Et aussi :
Et toi, t'en penses quoi ? Donne ton avis sur le forum !
Trouve ton capote style !
Tous les SexoTests !

La rédaction de TaSanté.com le 14/09/2007

Envoie ton témoignage !

S'inscrire