imprimer l'article

Le déni de grossesse !

Etre enceinte et ne pas s'en rendre compte... Impossible ?! Et bien non ! C'est arrivé à plusieurs filles et notamment à la célèbre Popstar Sheryfa Luna. On t'explique tout !


Julie est enceinte de 7 mois. Oui, mais voilà, personne n'était au courant, ni son copain, ni ses parents... ni elle-même. Si cette grossesse s'est révélée, c'est à cause d'un mal de ventre pour lequel son médecin traitant a demandé une échographie.
Le radiologue stupéfait a découvert une grossesse très avancée chez cette jeune femme pourtant toute mince. Il interroge Julie : des nausées ou des vomissements ? Jamais. Une prise de poids ? Elle n'a rien remarqué. Ses seins auraient augmenté de volume ? Non, elle porte toujours la même taille de soutien-gorge. Ses règles ? Elles sont très irrégulières, mais pas plus qu'auparavant... Une contraception ? Non, elle n'en a jamais pris. Pourtant, elle vit en couple ? Oui, depuis moins d'un an.

Qu'est-ce que c'est que cette histoire ? Il s'agit d'un déni de grossesse, autrefois appelé grossesse inconsciente qui concerne entre 0,5 et 3 grossesses pour 1000. Cette situation a comme définition « une méconnaissance par la femme de son état de grossesse ». Ce déni peut être partiel comme dans le cas de Julie, où la perception de la grossesse finit par se faire, même tardivement. Mais il peut aussi s'agir d'un déni total, de la conception jusqu'à l'accouchement, certaines femmes pouvant accoucher seules chez elles sans savoir ce qui leur arrive.

Ce qui est très étonnant dans cette situation, c'est l'absence de signes physiques de grossesse. Toutes ces femmes (jeunes ou non) victimes du déni de grossesse vivent une grossesse invisible : pas de prise de poids, pas de nausées ou de vomissements, pas de changement au niveau des seins. Si la femme prend 2 ou 3 kilos, elle les attribue à des excès et se met souvent au régime ou au sport. L'absence de règles n'est pas interprétée comme un signal, mais comme des règles très irrégulières tout à fait banales. C'est comme si la femme était totalement insensible aux petits signes qui pourraient indiquer qu'une grossesse est en route.
Et ce déni est contagieux. Son entourage assure ne rien voir, ni dans le milieu professionnel, ni dans la famille, ni même dans le couple où le compagnon ne remarque rien.

A quoi est dû le déni ?
Freud utilisait ce terme pour nommer « un mode de défense consistant en un refus par le sujet de reconnaître la réalité d'une perception traumatisante ». Autrement dit, la grossesse serait si difficile à assumer que la personne la nie de tout son être. Son esprit refusant l'état de grossesse, le corps suit et exprime très peu son état.

Pourquoi une grossesse peut-elle être si difficile à assumer qu'elle en devient insupportable ?
Il est toujours difficile de le savoir. Plusieurs hypothèses sont possibles. En déniant sa grossesse, une jeune femme peut ainsi réussir à ne pas déclencher une réaction très négative du papa qui ne souhaitait pas d'enfant. Elle peut aussi éviter une IVG qui l'aurait choquée et qui est devenue impossible à la date où elle découvre sa grossesse. Dans ces cas, le déni est une protection pour le bébé. Mais il se peut aussi qu'elle refuse l'idée d'être mère et soit incapable d'assumer l'idée qu'elle est enceinte. Elle peut aussi se croire encore enfant et ne pas affronter la réalité : quand on a des relations sexuelles sans contraception, il est logique de finir par mettre en route une grossesse. Le déni peut aussi être un danger pour l'enfant puisqu'il fait partie des causes d'infanticide. Une maman qui accouche à domicile sans l'avoir prévu peut laisser mourir l'enfant tellement elle est se sent désemparée.

Au total, le déni n'est absolument pas une pathologie de fille très jeune ou légèrement retardée mentalement ! Il se produit chez des femmes de tout âge, dont certaines ont déjà eu des enfants. Certaines sont ravies d'accueillir un enfant et d'autres s'en sentent incapables. Chaque déni de grossesse est une histoire particulière...

Et beaucoup de filles qui ont peur d'être enceintes craignent le déni de grossesse. Il ne s'agit pas du tout de la même chose. C'est même le contraire. La peur d'être enceinte, c'est très différent de la certitude de ne pas être enceinte alors qu'on l'est.

Si tu as pris des risques en ayant des rapports non ou mal protégés, que tu as un retard de règles, des symptômes inhabituels (seins gonflés etc...), bref, si tu as le moindre doute ou que tu es inquiète, vas faire un test de grossesse. C'est encore la meilleure solution pour savoir !

Ca t'es arrivé ? Tu connais quelqu'un qui a vécu cette situation ? Qu'en penses-tu ? Parles-en sur le forum !

Et aussi :
Le témoignage de Sheryfa !
Comment fait-on les bébé ?

Dr Catherine Solano et TaSanté.com le 19/01/2009

Envoie ton témoignage !

S'inscrire