imprimer l'article

Hépatite C : comment ça s'attrape ?

Environ 600 000 personnes sont atteintes par le virus de l'hépatite C en France et une personne atteinte sur trois ne le saurait pas encore : un peu d'information sur cette hépatite longtemps ignorée s'impose donc !

L'hépatite C est une inflammation du foie, due à un virus découvert seulement en 1989. La plupart du temps elle est chronique. Pendant plusieurs années, souvent on ne ressent rien de particulier, parfois une fatigue anormale. Sans traitement, les complications (notamment la cirrhose du foie) atteindraient 1 personne infectée sur 5.
Le virus se transmet d'une personne à l'autre essentiellement par le sang et par tout ce qui est au contact de sang infecté. Il peut aussi se transmettre d'une mère atteinte à son bébé et, rarement, en cas de rapport sexuel sans préservatif avec une personne atteinte, mais ces deux derniers modes de transmission sont beaucoup moins fréquents.
Du fait de cette transmission par le sang, on peut l'attraper dans plusieurs circonstances :
La première est l'usage de drogues par voie intraveineuse essentiellement, même si c'est une seule fois, même si c'était il y a longtemps, même si on a oublié. C'est à cause du partage du matériel d'injection (seringue, aiguille, mais aussi cuiller, coton, citron) ou encore partage du doseur ou de la paille pour ceux qui sniffent.
La deuxième s'explique par des transfusions d'avant 1992 ou des traitements par des dérivés sanguins lors d'une opération ou d'un accouchement avec hémorragie avant 1990. De nombreuses mesures ont été prises et il n'y a maintenant pratiquement plus aucun risque avec les transfusions et les produits sanguins.
La troisième concerne le contact avec des instruments ou objets contaminés : la transmission du virus de l'hépatite C peut ainsi s'être produite lors d'examens dits « d'endoscopie » avant 1998, du fait de la réutilisation d'instruments souillés par le sang d'une personne infectée et insuffisamment décontaminés. Des mesures ont été prises pour limiter ce risque.
De même, un tatouage ou un piercing réalisé avec du matériel insuffisamment désinfecté peuvent également transmettre des virus. Mieux vaut donc s'assurer que ceux qui les pratiquent respectent très précisément les règles d'hygiène et de désinfection du matériel.
Aussi faut-il éviter de partager avec les copains ou quelqu'un d'autre les objets de toilette « à risque de contact sang à sang », son rasoir, sa brosse à dents, son coupe-ongles, son matériel d'épilation. Eh! oui...
La transmission par voie sexuelle, qu'elle soit hétérosexuelle ou homosexuelle, existe mais est rare. Dans le doute, mieux vaut bien sûr utiliser une capote (si on a plusieurs partenaires, pendant les règles ou si on a des lésions).

Enfin, pour ce qui est de la transmission de la mère atteinte d'une hépatite C au bébé, elle est faible. Avoir une hépatite C n'empêche pas de faire des enfants.
Sache que, comme pour le virus du Sida, aucune transmission n'est possible par des actes quotidiens aussi banals que s'embrasser, manger ensemble, partager le même verre, se serrer la main.
En tout cas, si tu as eu, avant 1992, une transfusion ou une intervention chirurgicale (surtout si elle a eu lieu en urgence ou qu'elle a duré plus de 2 heures) ou si tu as déjà consommé de la drogue (par voie intraveineuse ou nasale) ou encore si tu as subi une endoscopie avant 1998, pense à faire un test de dépistage.
Soit tu en parles avec ton médecin et le test est remboursé à 100 % par la sécu, soit tu peux te rendre dans un centre de dépistage anonyme et gratuit où tu n'as pas à avancer les frais.

Tasanté.com, réalisé avec le concours du CFES. le 02/02/2001

Envoie ton témoignage !

S'inscrire