imprimer l'article

IVG : La chirurgie ou les médicaments ?

Quand on se résout à faire une IVG, c'est rarement de gaité de coeur ! Mais une fois que c'est décidé, il faut choisir les moyens. En France, l'IVG se pratique au plus tard à 12 semaines de grossesse.

Deux méthodes existent pour réaliser une IVG, l'IVG par médicaments ou l'IVG par chirurgie...

L'IVG par chirurgie, c'est quoi et quand ?
C'est la classique méthode par aspiration. Elle est possible jusqu'au bout de ces 12 semaines, c'est-à-dire jusqu'à 14 semaines après les dernières règles. Elle se pratique sous anesthésie locale ou générale.

IVG chirurgicale, ça se passe comment ?
L'opération elle-même se déroule dans un bloc opératoire et dure environ 10 minutes. Le médecin dilate le col de l'utérus pour l'ouvrir suffisamment, et il introduit dedans une canule reliée à une sorte d'aspirateur. Ensuite, après l'intervention, il faut attendre quelques heures, le temps nécessaire à une surveillance. Puis, 2 ou 3 semaines plus tard a lieu une consultation obligatoire pour voir si tout va bien, si tout a été expulsé et s'il n'y a pas d'infection.

L'IVG par les médicaments, ça se passe quand ? 
Cette méthode est choisie uniquement si la grossesse est interrompue tôt, avant la fin de la 5ème semaine de grossesse, soit 7 semaines après les dernières règles. Son avantage est qu'elle est moins agressive puisqu'il n'y a ni anesthésie locale, ni anesthésie générale, ni intervention chirurgicale. Il faut donc réagir tôt dès le début de la grossesse pour bénéficier de cette méthode.

L'IVG médicamenteuse, ça se passe comment ?
Le principe est, par l'action de médicaments, de faire se décoller l'œuf de l'intérieur de l'utérus, puis de déclencher son évacuation. Le médicament utilisé s'appelle Mifegyne®, plus connu sous le nom de RU 486.
En pratique : le médecin donne le Mifegyne® à la jeune femme qui demande l' IVG. Puis, elle peut rentrer chez elle. 36 à 48 heures plus tard, elle revient consulter. Le médecin lui donne alors un autre traitement qui entraîne des contractions de l'utérus pour qu'il expulse complètement l'œuf. Cela se présente sous forme d'autres comprimés à avaler, ou d'ovules à insérer dans le vagin. Et puis, comme pour la méthode par aspiration, une nouvelle consultation une dizaine de jours plus tard est impérative. Il faut s'assurer que l'utérus est bien vide et qu'il ne reste pas de résidus après l'IVG, sinon, il existe un risque d'infection. Dans 5 % des cas, on est obligé de compléter l'IVG médicamenteuse par une aspiration.

Comment se sait le choix entre IVG médicamenteuse ou IVG chirurgicale ?
On ne peut pas dire qu'on ait a vraiment le choix entre les deux méthodes d'IVG. C'est plutôt la situation qui va dicter le choix. Quand il s'agit d'interrompre une grossesse très tôt, on propose plutôt l'IVG médicamenteuse, sauf pour les filles qui préfèrent le geste chirurgical. Quand la grossesse est plus avancée, l'IVG passe forcément par l'aspiration. Et dans les deux cas, le geste est bien codifié et bien encadré pour la sécurité de cette jeune femme qui passe par un moment jamais très facile.

---
Va voir aussi : La contraception d'urgence, ou pilule du lendemain...

Deviens Fan de Tasante sur Facebook !
Rejoins le groupe Tasante sur Skyrock !
Follow Tasante sur Twitter !

Dr Catherine Solano - Médecin généraliste et Sexologue le 29/09/2011

Envoie ton témoignage !

S'inscrire