imprimer l'article

Drogues : la production mondiale

L'Office des Nations Unies contre la drogue et le crime (ONUDC) signalait au début de l'été 2008 une importante hausse des cultures de pavot et de coca.

En 2007, la récolte de pavot en Afghanistan a atteint un volume record. La production illicite d'opium a ainsi doublé dans le monde depuis 2005, et d'énormes arrivages d'héroïne atteignent l'Europe, au point d'en faire baisser le prix. En Afghanistan toujours, la culture de cannabis gagne du terrain et la consommation de sa substance active a doublé aux USA entre 1999 et 2006.

En 2007 encore, la culture de coca a augmenté de 27 % en Colombie.

Et ce trafic illégal et dangereux est lié aux conflits armés, à la présence d'insurgés, de milices, qui contrôlent cette production. « Il existe à présent une adéquation presque parfaite entre les régions occupées par les Taliban et la criminalité organisée et la production d'opium », selon le directeur exécutif de l'ONUDC, Antonio Maria Costa.

L'ONUDC évalue les profits tirés de la drogue dans le monde à 400 milliards d'euros soit l'équivalent du montant annuel de l'industrie pétrolière.

Chaque année, 5 millions de personnes meurent tuées par le tabac, 2,5 millions tuées par l'alcool et 200 000 par d'autres drogues parfois qualifiées de « dures ».

L'Office des Nations Unies contre la drogue et le crime (ONUDC) veut faire passer quelques messages :
- Le cannabis
entraîne des difficultés à mener des activités physiques ou intellectuelles, et peut conduire à une dépendance psychologique et à la schizophrénie.
- La cocaïne provoque à court terme une accélération de la respiration et du rythme cardiaque et à long terme une forte dépendance psychologie et un état proche de la psychose paranoïde.
- L'ecstasy peut causer agitation, anxiété, hallucinations et, éventuellement, dépression grave et pertes de mémoire.
- L'héroïne entraîne une forte dépendance physique et psychique, perte de poids, apathie chronique.
- Le LSD a des effets psychologiques (perturbation des perceptions) et / ou émotionnelles (sentiments de désespoir).
- La méthamphétamine peut être à l'origine d'une dépendance psychologique, de convulsions, de spasmes, de malnutrition, de mort par arrêt cardiaque.

Alors, les arguments pour ne jamais y toucher : « Je veux la paix dans le monde » et : « Je veux la santé pour moi » ! 

 T'en penses quoi ? Passe sur le forum et donne ton avis !

Dr Catherine Solano le 10/09/2008

Envoie ton témoignage !

S'inscrire