imprimer l'article

Les risques de l'exposition au froid

Le développement des sports d'hiver, mais aussi des activités de montagne notamment au printemps et en automne, font que l'exposition au froid et aux conséquences qui en résultent n'est plus l'apanage des sportifs de l'extrême . Tu peux être concerné si tu fais une sortie mal préparée.

On dénombre 2 types d'accidents au froid :

Les gelures :
Elles sont dues au refroidissement des tissus et aux troubles circulatoires qui en résultent. Elles évoluent en trois phases :
1) ça commence par un engourdissement des extrémités des bras (mains) et surtout des jambes (pieds)
2) des troubles de la circulation font suite, avec une perte de sensibilité des tissus
3) la nécrose des tissus, c'est-à-dire la mort des cellules, est précédée par l'apparition de cloques, comme sur une brûlure. La mortification des tissus gagnant du terrain, on a alors une gangrène, qui représente un stade irréversible nécessitant l'amputation.
Au 1er stade, les atteintes sont réversibles si on réchauffe le sujet (boissons chaudes et sucrées, couverture chauffante), notamment les extrémités atteintes, et si l'on facilite la circulation (desserrer les vêtements et les chaussures, remuer les mains et les pieds). À partir du 2ème stade, les soins relèvent de traitements spécialisés en milieu hospitalier, en réanimation plus précisément.

L'hypothermie :
Elle correspond à l'abaissement de la température du corps en dessous de 37°2, du fait de l'exposition au froid qui ne permet plus au corps de maintenir sa température constante. Après une phase de frissonnements et de sensation de froid intense, le sujet ressent des crampes plus ou moins généralisées, avant de sombrer, si l'hypothermie s'aggrave, dans un état de somnolence qui va évoluer vers un coma.
Sache que pour tenter de lutter contre le froid, mieux vaut bouger et surtout éviter de s'endormir. L'hypothermie est rapidement grave, car elle peut s'accompagner de troubles du rythme cardiaque. Toute hypothermie nécessite de ne pas être réchauffée trop rapidement. Elle doit être par contre prise en charge sans délai en réanimation.

Les bons réflexes :

Tous ces accidents sont presque toujours le résultat d'imprévoyance et d'imprudence : la montagne est un milieu changeant, souvent imprévisible. En hiver ces risques sont évidents. Mais même en été ou a fortiori au printemps ou en automne, une sortie improvisée peut tourner au drame : ne l'oublie jamais !
Pour y échapper, en cas de sortie, préviens toujours tes proches pour qu'une alerte précoce puisse être déclenchée  s'ils ne te voient pas revenir dans les délais prévus. Prends un sac à dos avec un équipement adapté à ta sortie (et dans tous les cas, et même en été, une couverture de survie). Surtout ne prends pas de boissons alcoolisées, qui ne réchauffent pas mais favorisent au contraire la déperdition de chaleur par la dilatation des vaisseaux (vasodilatation) que l'alcool entraîne.

(1) N.B. : ne pas confondre gelures et engelures. Les engelures ne sont que de simples inflammations des extrémités (mains, pieds, nez et oreilles) provoquées par le froid.
(2) en fait, on parle d'hypothermie au sens le plus strict du terme quand la température du corps descend au-dessous de 35°C. La perte de connaissance survient entre 31°C et 29°C, et la mort vers 25°C
.

--
Teste-toi :
T'es chaud ou froid ?

Va voir aussi :

Le froid n'aura pas ta peau !
Ski : les 10 pièges à éviter
L'hiver et ses galères
--

Deviens Fan de Tasante sur Facebook !
Rejoins le groupe Tasante sur Skyrock !
Follow Tasante sur Twitter !

Francis Pradeau et Tasante.com le 30/11/2012

Envoie ton témoignage !

S'inscrire