imprimer l'article

Médocs sous surveillance

Ces dernières années, de nombreux médicaments ont été retirés du marché pour cause de mise en danger des utilisateurs. Et c'est pas fini... Car depuis le scandale du Médiator, l'Afssaps a déjà placé sous surveillance 59 médicaments.

Pourquoi les médicaments peuvent tuer ?
Normalement, avant d'être autorisé à la vente, un médicament est testé, surveillé, et des tas d'études très sérieuses sont réalisées. Et c'est bien le cas. Ca limite les problème, mais ça ne les évite pas à 100 %. Pourquoi ? Parce que certains effets indésirables rares ne se manifestent pas lors des essais. Et quand le médicament est vendu à des millions d'exemplaires, le problème explose. L'autre raison, c'est que les laboratoires investissant beaucoup d'argent ne sont pas toujours pressés de révéler les problèmes observés. Ils ont pour certains manqué de transparence... Et c'est très grave !

Surveillance renforcée.
La surveillance des médicaments a toujours existé. Tout médecin observant un effet négatif d'un médicament est tenu de le signaler, de manière à ce qu'on puisse récolter ces données et réagir, parfois interdire un médicament le plus rapidement possible pour ne mettre personne en danger. Mais depuis 2005, on estime que ce dispositif ne suffit pas. Il a été renforcé et certains médicaments sont suivis de plus près par l'Agence Française de Sécurité Sanitaire des Produits de Santé (AFSSPS)

Pourquoi on met un médicament sous surveillance ?
Ce sont les médicaments qui présentent certaines spécificités, par exemple :
- Une substance très nouvelle,
- Un biosimilaire, c'est-à-dire une molécule ressemblant à une substance qui existe dans le corps à l'état naturel,
- Un médicament générique quand le médicament copié a déjà présenté des problèmes,
- Une thérapeutique avancée (traitement très nouveau, complexe)
- Un médicament qui demande une extension d'utilisation, c'est-à-dire à être utilisé dans d'autres domaines que celui pour lequel il était prévu au départ,
- Une nouvelle voie d'administration (par exemple, un médicament en comprimé que l'on décline en patch ou en intraveineuse)
- Un nouveau procédé de fabrication quand une substance est issue des biotechnologies,
- A la demande des autorités compétentes. En clair, lorsqu'elles soupçonnent un problème...

C'est quoi les médocs dans le collimateur ?
Ils sont au nombre de 59 à être surveillés de très près. Par exemple, le Cervarix et le Gardasil (vaccins contre les papillomavirus afin de prévenir le cancer du col de l'utérus), Alli (médicament pour aider à maigrir), Champix (médicament pour aider à arrêter de fumer). C'est vrai que c'est flippant de savoir que ces médocs ont été placés sous surveillance, en même temps on peut se rassurer en se disant qu'au moindre problème observé ils seront retirés du marché. 

A lire sur le site de l'AFSSAPS si tu veux tout savoir...

--
Va voir aussi : Médiator, combien de morts ?
Alli, une pilule magique pour maigrir ?
Cervarix, Gardasil, deux vaccins contre le cancer du col de l'utérus...
--

Deviens Fan de Tasante sur Facebook !
Rejoins le groupe Tasante sur Skyrock !
Follow Tasante sur Twitter !

 

Dr Catherine Solano et Tasante.com le 20/01/2011

Envoie ton témoignage !

S'inscrire