imprimer l'article

Portrait-robot d'IST

Les Infections Sexuellement Transmissibles ou IST t'en as déjà entendu parler mais, à moins d'en avoir déjà eues, tu ne sais pas vraiment à quoi ça ressemble ! Tant mieux ! Sauf que si tu croises une IST, pas sûr que tu la reconnaisses... D'où l'importance de te protéger à chaque rapport mais aussi d'identifier les signes suspects. Portrait-robot de 5 IST faciles à repérer !

1- De drôles de plaies ?
C’est peut-être la syphilis…
Si tu repères une petite plaie non douloureuse, un peu dure sur le sexe de ton partenaire (sur le pénis, les bourses, la vulve, les petites lèvres, l'anus), il peut s’agir d'un début de syphilis. Le plus souvent, il y a une seule plaie. C'est une infection qui était très grave aussi bien pour les mecs que pour les nanas, puisqu’elle peut dégénérer et engendrer une cardiopathie, la démence, la paralysie et la mort. Heureusement, la syphilis se soigne très bien avec des antibiotiques. Mais pour cela, il faut la soigner !

2- Du pus s'écoule ?
C’est peut-être la gonococcie...
Plus connue sous le nom de blennoragie, ou encore « chaude-pisse » (parce qu’elle se manifeste sous d’intenses brûlures), cette infection est plus fréquente chez les hommes et souvent facile à détecter chez eux car elle les fait beaucoup souffrir. On dit qu'ils "pissent des lames de rasoir"... Chez eux, elle peut se compliquer par une infection de la prostate ou des testicules pouvant entraîner la stérilité. Quand il n'y pas de complication, un traitement antibiotique permet d'interrompre rapidement la contagiosité. Chez les filles, la blennorragie peut n'entraîner aucun signe dans 70 % des cas. Ou alors quelques petites pertes pas toujours évidentes, mais elle peut aussi être à l'origine de stérilités. En cas de rapport anal, on observe une inflammation anale, une anorectite (pas fun comme problème !). Le traitement est le même chez la fille ou le garçon, c'est un antibiotique. Et il faut se traiter tous les deux au même moment, sinon, on se la transmet à nouveau.

3- Des vésicules ou des croûtes ?

C’est peut-être l’herpès...
Bien entendu, ici on parle de l’infection génitale, celle qui se passe dans le slip ! Une fois que t’as chopé le virus, l’herpès se produit par crise. Ça commence par des sensations désagréables : un chatouillis, des brûlures parfois. Puis des cloques remplies de liquide apparaissent sur la peau. Ce liquide est bourré de virus. Sur les muqueuses (le gland du pénis, la vulve, l'intérieur du vagin) c'est plutôt des sortes d'aphtes. Et ça brûle terriblement. Quand ça se dessèche, ça forme des croûtes qui finissent par cicatriser (ouf !). Des médicaments peuvent bloquer la crise quand les premiers symptômes se produisent, ou des traitements préventifs en comprimés pour prévenir les crises chez les personnes qui en ont souvent. Mais le souci c'est qu'il n'y a pas de remède qui guérisse définitivement l'herpès, une personne infectée porte le virus toute sa vie.

4- Des petites verrues ?

C’est peut-être le papillomavirus...
Les papillomavirus humain (VPH) sont responsables de cancers (col de l’utérus, anus, gorge…) et provoquent aussi des condylomes génitaux, sortes d’excroissances de chair très gênantes et récidivantes qui peuvent être traitées à l'aide de produits pharmaceutiques, ou par la cryothérapie, l'électrochirurgie, la chirurgie laser... Mais bien sûr il faut enlever toutes les verrues pour éliminer totalement l'infection. Et ce n'est pas toujours facile, les toutes petites verrues pouvant être difficile à atteindre ou à détecter.

5- Des démangeaisons ?
C’est peut-être des morpions
La maladie d'avoir des morbacs, c'est la pédiculose pubienne… Ca fait tout de suite plus chic ! Pour info, ces petits bestiaux mesurent environ 1 mm et se nourrissent de ton sang. C’est un peu la plaie pour s’en débarrasser parce qu’ils peuvent se balader de poil en poil sur tout ton corps, mais il existe des sprays anti-poux-du-pubis en pharmacie. Un seul traitement suffit en général à condition de ne pas lésiner sur l'étendue à traiter. Attention, ce n'est pas vraiment une IST, car on peut l'attraper en dormant dans des draps où une personne atteinte a dormi avant soi. Pas génial le cadeau.

Evidemment, dans le noir on ne distingue pas ces signes suspects. D’ailleurs même en plein jour on n’a pas forcément toujours le nez sur la braguette… Donc ce que tu dois retenir c’est  que le seul et unique moyen d'échapper au maximum à ces horreurs, c'est de te protéger avec une CAPOTE !

Entre nous, t'as déjà eu un truc dans le genre ? Vas-y raconte !


--
Teste-toi :
IST : évalue les risques que tu prends

Va voir aussi :
La capote c'est ta pote !
Vrai/faux sur le papillomavirus
les symptômes les plus fréquents
focus sur les infections à chlamydiae

Discutes-en :

Sur le forum Capote !
--

Deviens Fan de Tasante sur Facebook !

Rejoins le groupe Tasante sur Skyrock !
Follow Tasante sur Twitter !

Tasante.com le 01/12/2011

Envoie ton témoignage !

S'inscrire