imprimer l'article

Piercings génitaux pour mecs

La première fois que t'as entendu parler d'un Prince Albert, t'as tout de suite pensé famille royale... Tu n'étais pas tout à fait à côté de la plaque puisqu'en fait il est question de bijoux de famille ! Allez, on t'aide à parfaire tes connaissances sur le sujet !

Prince Albert
En anneau ou en fer à cheval, ce piercing a la particularité de traverser le gland en passant par le frein et en ressortant par l’urètre. C’est celui sur lequel tu as le plus de chance de tomber puisque c’est le plus fréquent. Probablement parce que c’est un des piercings qui cicatrise le mieux.
Pour la petite anecdote, Albert c'était le mari de la reine Victoria. A cette époque (XIXème siècle), la mode était au pantalon moulant. Pour pouvoir en porter décemment, il devait aplatir son pénis par étirement vers l’intérieur des cuisses. Pour ça, il utilisait une ficelle attachée d’un côté à son piercing, de l’autre côté, à l’intérieur de son pantalon.
 

Ampallang
Il traverse le gland, le plus souvent horizontalement, ou perpendiculairement (dans ce cas il s’agit d’un Apadravya). La version hard consiste à combiner les deux. On obtient alors une « Croix magique ».
Dydoe
On ne le trouve que chez les hommes circoncis. Cette barre qui traverse la couronne perlée de l’arrière vers l’avant du gland, aiderait à retrouver la sensation de posséder un prépuce.

Kuno
Il part de la base du prépuce, sous le pénis, et ressort un peu plus loin à droite. C’est en quelque sorte une variante du Prince Albert.
 
Lorum et Hafada
Ils traversent la peau des testicules. Juste sous le pénis, on parle de Lorum, lorsqu’il se situe au milieu des bourses, il s’agit d’un Hafada.
 
 
Pubic
C’est un piercing de surface situé juste au-dessus de la base du pénis.
 

 
Foreskin (ou au frein)
Sous forme de petit anneau ou de tige, il traverse le frein de gauche à droite (sous la base du gland).
 

A quoi ça sert ?
Les gays ont toujours été plus friands de bijoux intimes, mais aujourd'hui les hétérosexuels sont de plus en plus nombreux à sauter le cap. En dehors de faire joli (... très subjectif !!!), ces bijoux intimes sont supposés décupler le plaisir du ou de la partenaire. Mais attention, ils ne sont pas sans danger. Le risque de rejet, d'infection mais aussi d'IST (le temps de la cicatrisation) est à prendre en compte. Il est donc important de s'adresser à un perceur professionnel aux règles d'hygiène irréprochables.

L'avis du Docteur Solano :
"Les piercing, où qu'ils soient, exposent à des risques. Percer un tissu vivant entraîne toujours une réaction de ce tissu. Parfois il cicatrise bien, parfois pas du tout. D'autre part, en traversant des tissus, on déchire forcément des fibres nerveuses. Quand il s'agit d'une zone hyper innervée (gland, frein, couronne du gland, prépuce), on prend le risque de léser des nerfs et de produire par la suite des sensations désagréables : fourmillements, brûlures, décharges électriques, sensations bizarres, anesthésie, hyperesthésie (douleur au simple contact)... C'est pourquoi les médecins sont très opposés à ces agressions induites par les piercing sur une zone érogène. Au total, il n'existe pas d'augmentation du plaisir (ou dans la tête, par fantasme, tout est possible), mais des risques de douleurs durables et très gênantes contre lesquelles ont ne peut pas forcément faire quelque chose."
 

--> Découvre les piercings génitaux pour FILLES <--
 
--
Teste-toi :
Connais-tu ton propre sexe ?

Va voir aussi :
Sexo Quiz : l'anatomie masculine
Tout sur le piercing
Une quéquette belle à croquer
Les zones hypersensibles du pénis...

Discutes-en :
Sur le forum 100% testostérone !
--

Deviens Fan de Tasante sur Facebook !
Rejoins le groupe Tasante sur Skyrock !
Follow Tasante sur Twitter !

 

 

Tasante.com le 20/09/2012

Envoie ton témoignage !

S'inscrire