imprimer l'article

Piercings génitaux pour filles

Autrefois réservé au milieu SM, le piercing génital pour filles s'est démocratisé avec le temps. Pas seulement décoratifs, ils sont supposés accroitre les sensations en stimulant certaines parties de l'anatomie... Zoom sur le D&Co de la foufoune.

Le clitoris
Très risqué car il peut abîmer les liaisons nerveuses et ainsi désensibiliser totalement le clitoris, ce piercing est plutôt rare. D'autant plus qu'il ne peut être effectué que sur des gros clitoris. Face à ces risques et contraintes, certains pierceurs refusent même de le pratiquer. En revanche, le piercing du capuchon est plus fréquent.

 

Le capuchon ou piercing Hood
Le capuchon, c'est cette petit peau qui protège le clitoris. Plus fréquent que le piercing au clitoris, le piercing du capuchon permet de stimuler le clitoris sans risque de désensibilisation. Il se fait horizontalement ou verticalement.


Le Christina

Situé au point de rencontre des deux grandes lèvres, ce piercing est à risque de rejet. Il peut aussi devenir inconfortable lors des rapports sexuels ou s'il est porté avec des slims.


Le triangle
Situé sous le clitoris, là où les deux petites lèvres se rejoignent, les quelques femmes qui ont suffisament de peau à cet endroit pour se faire percer témoignent d'une augemntation du plaisir. Ce serait le seul moyen de stimuler la clitoris par l'arrière...

 

Grandes ou petites lèvres
Ce piercing trouve ses origines dans la Rome antique où on empêchait les rapports sexuels entre esclaves. Dans le contexte SM et fétichiste, ce type de piercings permettait de fermer l'accès au vagin à l'aide d'anneaux et de cadenas. On pierce souvent les deux lèvres symétriquement.


 

La fourchette
Situé à l'inverse du Chirstina, ce piercing vertical se fixe en bas du vagin, là où les petites se rejoignent. Il présente les mêmes risques qu'un piercing de surface, à savoir le rejet, et les mêmes gênes que le Christina.

 

 

Le Néfertiti
C'est la combinaison d'un piercing au capuchon et d'un piercing Christina.

 

L'avis du Docteur Solano :
"Les piercing, où qu'ils soient, exposent à des risques. Percer un tissu vivant entraîne toujours une réaction de ce tissu. Parfois il cicatrise bien, parfois pas du tout. D'autre part, en traversant des tissus, on déchire forcément des fibres nerveuses. Quand il s'agit d'une zone hyper innervée comme le clitoris, on prend le risque de léser des nerfs et de produire par la suite des sensations désagréables : fourmillements, brûlures, décharges électriques, sensations bizarres, anesthésie, hyperesthésie (douleur au simple contact)... C'est pourquoi les médecins sont très opposés à ces agressions induites par les piercing sur une zone érogène. Au total, il n'existe pas d'augmentation du plaisir (ou alors dans la tête), mais des risques de douleurs durables et très gênantes contre lesquelles ont ne peut pas forcément faire quelque chose."

Alors, tentée ou flippée ?

--> Découvre les piercings génitaux pour MECS <--


--
Teste-toi :
Connais-tu vraiment ton propre sexe ?

Va voir aussi :
Les piercings génitaux pour mecs
Sexo Quiz : l'anatomie féminine
Tout sur le piercing
L'orgasme : clirotoridienne ou vaginale ?
Tout sur les petites lèvres !

Discutes-en :
Sur le forum NANAS
--

Deviens Fan de Tasante sur Facebook !
Rejoins le groupe Tasante sur Skyrock !
Follow Tasante sur Twitter !

 

Tasante.com le 16/10/2012

Envoie ton témoignage !

S'inscrire