imprimer l'article

Le cancer du testicule

C'est le cancer qui frappe le plus les jeunes garçons et qui touche à leur intimité la plus profonde : leur sexe. Ultra tabou, ce cancer dont on a honte se soigne très bien quand il est détecté à temps. Mais encore faut-il savoir ce que c'est et comment le dépister. Fais le plein d'infos et sauve tes joyeuses !

 Les facteurs de risques :
S’il ne touche qu’1 homme sur 20 000, souvent 1 testicule sur 2, et affiche un taux de guérison de près de 100%,  il représente quand même la forme de cancer la plus fréquente chez les 15-35 ans. Donc si tu as des antécédents familiaux de cancer, encore plus de cancer du testicule, il faut te surveiller plus que les autres. Pareil si tes testicules ont eu du mal à descendre dans tes bourses car dans ton cas le risque est alors 35 fois plus élevé.

Les signes alertes :
Les cancers du testicules sont indolores la plupart du temps. N’attends pas d’avoir mal pour t’auto-examiner. Les symptômes qui doivent t’inquiéter sont les suivants :
- gêne testiculaire,
- augmentation de volume du testicule,
- sensation de lourdeur dans le scrotum (la peau qui enveloppe tes testicules),
- douleur au bas-ventre ou à l’aine.

L’autopalpation :
Prends l'habitude de te palper régulièrement les roupettes quand tu te laves. Pas tous les jours, mais déjà une fois par mois, c'est pas mal. Pour bien faire, sous une douche chaude (la peau de tes bourses est bien détendue et toi tu es plus attentif), saisis chaque testicule avec tes deux mains et fais le rouler dans tous les sens pour bien en explorer tous les recoins. Recherche une différence de consistance entre les deux, un testicule plus volumineux, plus lourd, une bosse, une masse, quelque chose de dure. Si tu as un doute, va vite consulter un médecin.


La guérison :
Le taux de guérison est proche de 100%, grâce à la chirurgie, la chimiothérapie et la radiothérapie. Comme la plupart des tumeurs testiculaires sont malignes, le médecin qui détecte une anomalie de ce genre prescrit très vite une échographie pour confirmer le diagnostic et décide dans la foulée d’intervenir pour enlever le testicule atteint. La décision d'opérer très vite pour enlever le testicule peut paraitre radicale et trop rapide, tu dois savoir qu’une ponction risquerait d’entrainer une propagation du cancer. C’est pour ça qu’en cas de doute, le médecin décide de toute manière d’opérer et d’enlever une partie ou tout le testicule, en fonction de l’analyse du prélèvement fait en cours d’opération.
Et même si l’opération ne nuit pas à la stérilité ni à l’érection, par précaution, il oriente au préalable le patient vers une banque de sperme pour mettre à l’abri quelques millions de spermatozoïdes.  Après l’ablation, on met en place une prothèse en silicone. Et hop ! Ni vu ni connu ! 

L'après-opération :
Selon le stade du cancer, le traitement varie après l'opération. Un traitement par chimiothérapie (médicaments anticancéreux) ou une radiothérapie (rayons pour brûler les cellules cancéreuses) est généralement nécessaire. Ces traitements peuvent sembler lourds, mais ils le sont de moins en moins. Cela fait des années que l'on guérit très bien ces tumeurs et les médecins réussissent à faire la chimio ou la radiothérapie la moins forte possible, de manière à sauver des vies tout en ayant le moins d'effets indésirables possible à court terme et à long terme.

 



Source et illustration : Uropage.com, Testicularcancercanada.ca et Passeportsante.net

--
Teste-toi :
Tous les sexo-tests

Va voir aussi :
Testicule pas descendu ou testicule ascenseur
Peut-on faire grandir son pénis ?
Les prothèses de testicule
La torsion des c... ouille ouille ouille !

Discutes-en sur le forum :
Puberté ? Jamais comme il faut
(mecs)
--

Deviens Fan de Tasante sur Facebook !
Rejoins le groupe Tasante sur Skyrock !
Follow Tasante sur Twitter !

Tasante.com et Dr Catherine Solano le 14/03/2013

Envoie ton témoignage !

S'inscrire