Dyslexie, quand on a du mal à lire...

La dyslexie est une perturbation de l'apprentissage de la lecture. Plus fréquente qu'on ne le crois, ce trouble peut faire des dégâts chez des personnes pourtant très intelligentes.

Dr Catherine Solano et Tasante.com, le 01/09/2011

Opinions, Témoignages (4)

Anonyme, le 01/04/2013 à 18h48
J'ai fais plusieurs examens quand j'étais jeune. Il pensais que j'étais dyslexique. Mais depuis quelques temps, j'ai remarquer que je mélangeais quelques lettres comme le d/t g/j et parfois le p/b. J'ai aussi parfois a bien prononcer les mots. Je me demandais si c'étais de la dyslexie. Merci de me répondre ^^

Par Coconut-du-75, le 06/10/2012 à 22h11
Je suis dyxlexique et dernierement on a aussi decouverr que j'etais dyscalculique ,je vois un ortophoniste tout les samedi .Ça ne m'aide pas vraiment .A l'école je suis vraiment archi nulle ,je n'ai jamais redoubler mais a chaque fois j'ai failli .Je pense que c'est hereditaire parce ma mere et mes soeurs sont aussi dyxlexiques !Par contre en sport je suis dans les premiers de la classe ;)

avatar Par Mangaka72, le 24/07/2012 à 21h31
Bonsoir , je suis tombée sur ton témoignages et je suis dyslexique , pour ma part , ont n'as mie du temps à me dire que l'étais , as pars ma maman qui sens n'étais rendu compte, j'ai fait des tests qu'as l'âge de 18ans , a l’hôpital d'angers , pars manque d'information. Et moi je savais aussi que j'étais différentes , j'avais du mal a comprendre , j'ai mie du temps a lire et je n'écrivais pas sur les lignes, tout ce qu'ont me disais je l'oubliais le lendemain , c'est pour sa que j'apprenais tout par coeur.
Je suis comme toi impossible de coter de tête , les maths pour moi c'est du chinois, je n'est pas du tout le sens de l’orientation , ce qui pose vraiment un problème. Je confonds le p et le q , le n et m , et confonds aussi ma droite et ma gauche, et souvent je n'arrive pas me concentrer toute une journée entière. J'ai mie un temps fou un savoir lire l'heure. Si jamais des personnes ont vécu pareil , j'aimerais bien faire sa connaissance. Merci

Anonyme, le 05/09/2011 à 01h04
A cela, je conseillerai deux ouvrages assez intéressant sur la dyslexie :
"le don de dyslexie" de Ronald Davis
Et " La dyslexie, handicap ou talent ?" de Cornelia Jantzen.

Je suis en train de lire actuellement le second livre que je propose, le don de dyslexie n'est peut être pas le premier que je devrais conseillé, car Cornelia Jantzen en fait souvent référence, mais malheureusement je n'en ai pas encore eu l'occasion de le lire. Reste que "la dyslexie, handicap ou talent" je le recommande à quiconque s'intéresse à la dyslexie et aux dyslexiques eux même ( elle le dédicace justement aux personnes dyslexiques ).


Sinon, j'avoue que je trouve cela dommage de parler de dyslexie sans mentionner au moins une fois la différence entre la dyslexie et la dyscalculie, c'est assez similaire mis à part que le trouble de l'apprentissage et de la compréhension se base au niveau des calcul. confondre les + avec les x etc.. et être incapable de faire un calcul simple de tête, voire de taper correctement à la calculette etc...
C'est peut être moins "gênant" que la dyslexie dans la vie quotidienne, mais il reste que cela rend difficile le calcul de ses dépense, et devoir faire des calculs, si on y arrive pas ça peut fermer pas mal de porte niveau étude, si on ne prends rien en charge...
Enfin on parle peu de dyscalculie, j'ai appris le terme que récemment, et je trouve cela bien dommage.

La question que je me pose vraiment, c'est concrètement comment procède-t-on au diagnostic des deux ?
Je sais qu'il y a beaucoup de désaccord sur les méthode, sur tout ce que j'ai pu lire j'ai trouver peut d'explication sur " comment peut on être diagnostiqué ?"

J'avoue me poser de sérieuse question en terme de dyscalculie, j'ai longtemps eu de grande difficulté à écrire, avec le temps cela s'est beaucoup atténuer ( a partir de mes 15 ans ca commencait à aller mieux ) mais les calcul, ça a toujours été une horreur, impossible de compter de tête, j'ai de la chance si je me trompe pas dans une simple addition, et j'ai de la chance si je n'inverse pas les nombre comme 65 ou 56... bref, malgré tout mes effort ça devient dure, sachant que j'ai besoin de statistiques pour mes études, et que malheureusement c'est dure si on veut partir dans la recherche en psychologie de ne pas être capable de compter, s'en sortir en statistique... et bien c'est adieux le rêve.

Envoie ton témoignage

Pour participer, tu dois t'identifier.

Si tu n'es pas encore inscrit, fais-le, c'est gratuit !

S'inscrire