Canna, dépendances...limites à pas franchir ?

Prendre un joint, un coup de "Despé", une clope le matin après le petit déj', est-ce que ça revient au même que le soir, en teuf avec tes potes ? Discussion sur la défonce, quand est-ce qu'elle commence et quand doit-elle s'arrêter ?

Retour au forum

Drogues dures : rechute...

Bonjour à tous !

Si je viens poster un message sur ce forum, c'est parce que je cherche de l'aide et du soutien que mon entourage proche ne peut m'apporter...

En gros, il y a quelques mois j'ai commencé à toucher aux drogues, je fumais occasionnellement, puis je me suis mise à consommer de la cocaïne, de la MDMA et amphétamines (meph et dérivés), et je buvais pas mal d'alcool.

Je me suis retrouvée deux semaines à l'hôpital en psychiatrie pour dépression, importante perte de poids et idées suicidaires, mais j'ai réussi à remonter la pente grâce à mes amis et mon copain.

Cependant, j'ai fait l'erreur de reprendre contact avec mon dealer qui est un bon pote, et forcément, j'ai acheté une grosse quantité de poudre...
Je culpabilise énormément, je ne peux pas en parler à mon copain car même si il me soutient, il ne comprend pas que je puisse émettre l'éventualité d'en reprendre...

Je ne sais plus quoi faire pour chasser définitivement ces pensées qui tournent autour des produits, et ces envies d'en consommer en soirée avec des gens qui en prennent aussi...

Je suis toujours en dépression et sous traitement (antidépresseur + anxiolytique) mais en phase de sevrage.

Voilà, si quelqu'un aurait des conseils, des recommandations à me suggérer, je suis preneuse.
Inutile de me faire la morale, je connais les risques, je sais que c'est mauvais pour mon corps, ma vie en général et tout ça...
Je ne sais plus comment faire pour continuer a vivre sans reprendre la moindre trace ou même être tentée lorsqu'on m'en proposera à l'avenir...

Merci d'avance et bonne journée à tous !

27/07/2014 à 15:46

Répondre à ce message

 
Répondre  PetiteArlue   29/07/2014 à 17:00

Salut!

Déjà sache que la dépression et les troubles anxieux sont des effets secondaires normaux de la prise de stupéfiants (et encore plus de ceux que tu as choisis de prendre). Tu peux d'ores et déjà te dire que le jour où tu seras clean, tu pourras dire byebye à la dépressions et à l'angoisse.

Quand on consomme, il faut toujours garder à l'esprit que les effets ressentis son illusoires (les bons, comme les mauvais). L'euphorie, la joie et la puissance que tu ressens quand tu es sous emprise, c'est du faux. Mais la déprime, l'impuissance et la tristesse que tu ressens quand tu es en descente, c'est AUSSI du faux. Il ne faut PAS te laisser emporter par ces émotions négatives. Elles s'en vont d'elles-mêmes au bout d'une semaine si tu ne les encourages pas, elles sont les effets secondaires de la prise. Mais si tu te laisses envahir par elle, oui ça peut se transformer en dépression grâve et en troubles anxieux (qui cette fois, n'ont plus rien à voir avec les effets secondaires des stupéfiants).
Du moment que tu seras suffisamment lucide sur ce point, tu pourras reprendre le contrôle sur tes émotions. Je crois qu'on peut très bien se sortir d'une dépression.
La dépression c'est quand même les choses qui nous faisaient plaisir avant, ne nous font plus rien. Je ne suis pas une grande fan des pilules, et je préfère toujours essayer de régler les choses sans, avant de se résoudre à en prendre. Pour retrouver l'animation de la vie, il y a des choses que tu devras casser dans ta vie.

D'abord, et c'est le plus dur, il te faudra rompre tes relations avec tes « amis » qui consomment. Les amis veulent notre santé et notre bonheur, ils ne sont pas là pour nous encourager à nous bousiller l'esprit et le corps. Si tes potes font ça, c'est qu'ils ne sont pas tes amis et n'ont donc rien à faire dans ta vie. Mon oncle a traversé une phase semblable à la sienne, et il a encore de la difficulté à passer au travers (compte tenant de son trouble bipolaire). Le plus dur pour un adulte c'est de se couper de toutes ses connaissances (toxiques) parce qu'alors on se retrouve seul, et qu'il faut tout recommencer depuis le début. Oui c'est dur, oui c'est pénible. Mais quel petit prix à payer pour recouvrer la santé physique et mentale ? Tu as un entourage toxique, et tu n'arriveras jamais à te guérir si tu restes auprès d'eux, sois-en certaine.

Je suis d'avis que la modération a bien meilleur goût. On peut consommer (alcool, tabac, drogues) sans exagérer et sans que cela nuise à notre santé et notre cercle social. Mais pour ça, il faut être CAPABLE de le faire avec MODÉRATION et JUGEMENT. Mais ce n'est PAS tout le monde qui en est capable. Étant jeune, on a tendance à croire que l'on peut tout faire et que rien n'est à notre épreuve, mais voila non. Il y en a pour qui c'est plus dure et d'autres pour qui c'est tout simplement impossible (soit parce qu'ils se laissent facilement tenter, soit parce qu'ils ont un environnement très propice aux dérapages). Je bois, je fume de la mari à l'occasion et je prend aussi des amphétamines. Mais je suis ni en dépression et je ne souffre pas non plus de trouble anxieux ou de pensées suicidaires. J'ai un travail, un amoureux, des amis, je boss dur pour avoir une carrière plus tard, je suis créative et l'optimisme à l'état pur! Comme quoi prendre de la drogue ou boire de l'alcool ne t'amène pas forcément à l'hôpital ou dans une maison de désintox. Eh non. C'est l'abus et le manque de jugement qui fait ça.

Compte tenant de ta dépendance (car oui, la cocaïne a un fort taux d'addiction) tu ne peux PLUS compter sur le jugement (de toute façon, il t'a déjà fait défaut) pour consommer à l'occasion. C'est terminé pour toi. Ce que tu as acheté, t'as deux choix : ou bien tu le siffles et tu recommence toutes tes démarches à zéro, ou bien tu le jette dans les toilettes. Oui ça coûte cher, oui c'est de l'argent dans le feu. Mais que ça aille dans ton cerveau ou dans les toilettes, c'est de l'argent dans le feu de toute façon. C'est juste que dans l'une des options du vis, et dans l'autre tu meures.

Une fois tes mauvais amis virés, et ta came jetée, tu devras trouver des remplacement. Oui, car quoi de plus cruel pour se remémorer ce qu'on a laissé derrière que l'horrible vide que ça a laissé ? Tu dois combler ce vide par de nouvelles activités et (de fil en aiguille) de nouveaux amis. Inscrit-toi à un cours spécial (de la danse, de la peinture) milite pour un organisme, propose ton aide aux jeunes dans les maisons de désintox, aide-les en partageant ton expérience et en compatissant à ce qu'ils traversent. Tu peux aussi démarrer un projet: écrit un livre, apprend d'un instrument de musique, compose des chansons, des poèmes, va dans des cercles de lectures....Attention, le but est de te faire sortir, de rencontrer de nouvelles personnes, pas de te faire t'apitoyer sur ton sort en écrivant ou dessinant des trucs glauques.
Avec tout ça, tu te feras de nouveaux amis et tes occupations t'empêcheront de penser à consommer.

Dernier petit détail. Comme l'alcool tend à faire baisser les inhibitions, c'est souvent le prélude à une consommation de drogue (elle te fait oublier toutes tes bonnes résolutions). Donc en plus d'arrêter les drogues, tu devrais aussi arrêter l'alcool. C'est difficile, mais tu peux remplacer tes drinks par des cocktails non alcoolisé ou par des bouteilles d'eau aromatisé pétillante. Et dit toi que chaque soirée avec des tentations auxquelles tu auras résisté, seront des victoires personnelles.

Voila!

 

S'inscrire