imprimer l'article

Vacances sans tourista : possible?

Certaines destinations de vacances exposent au risque de tourista. Pas cool... mais quelques mesures simples de prévention permettent de l'éviter. Précisions.

La diarrhée du voyageur ou tourista, fait souvent partie du voyage quand on part vers des pays où le niveau d'hygiène n'est pas le même qu'ici. Elle est le plus souvent due à l'ingestion d'eau ou d'aliments (crudités en particulier) contaminés par une variété toxique de la bactérie appelée Escherichia coli.

La diarrhée dure de trois à sept jours, oblige dans un cas sur 3 la victime à rester couchée deux jours, voire même à modifier ses vacances, mais s'avère rarement grave. Sauf dans certains cas de coliques violentes accompagnées de fièvre, qui nécessitent une consultation médicale et un traitement antibiotique spécifique.

La tourista "simple", elle, peut être rapidement traitée par un antiseptique intestinal associé à un anti-diarrhéique, que ton médecin te prescrira avant ton départ s'il le juge nécessaire. Mais une prévention adéquate peut aussi suffire : se laver systématiquement les mains avant de manger, laver et éplucher les fruits et les légumes, n'utiliser que de l'eau en bouteille capsulée et de marque connue, éviter les glaçons, les glaces, les fruits de mer et crustacés, ainsi que le lait non pasteurisé (le faire bouillir en cas de doute). A noter qu'il existe plusieurs moyens pour purifier l'eau, si tu n'en trouves pas en bouteille : tu peux la faire bouillir ou utiliser des comprimés spéciaux que tu auras achetés avant de partir(en pharmacie) tels que Micropur, Aquatabs ou Hydroclonazone, à diluer dedans.

Les zones à haut risque de tourista (1) sont l'Afrique, l'Asie et l'Amérique Latine, celles à risque intermédiaire (2) sont l'Europe centrale et orientale, Russie incluse et l'Afrique du Sud. Enfin, le risque s'avère faible (3) si l'on reste en Europe occidentale ou si l'on se rend en Amérique du Nord, au Japon ou encore en Océanie.
Mais méfiance toutefois car les pays industrialisés ne mettent pas les touristes à l'abri des intoxications alimentaires dues aux salmonelles. Sur le seul territoire français, les diarrhées aiguës dues à ce germe seraient de 300 000 à plus d'un million par an ! Ce sont surtout des infections collectives (cantines, restaurants d'entreprises), mais le risque existe partout car les salmonelles aiment particulièrement les aliments qui échappent à la chaîne du froid. Attention donc aux pots de mayonnaise et autres préparations pas nettes qui traînent toute la journée sur le comptoir des baraques à frites et autres restos d'appoint sur la route des vacances !

(1) 20 à 50% des voyageurs sont concernés
(2) entre 8 et 20% " "
(3) entre 2 et 8% " "

Maria Bardoulat, docteur en pharmacie le 28/06/2002

Envoie ton témoignage !

S'inscrire