imprimer l'article

Les facteurs de risque automobile

Jeune et adepte du tuning, tu conduis une Renault Williams blanche, alors tu cours plus de risques d'avoir un jour un accident.

Les 15-25 ans qui représentent environ 13% de la population payent un lourd tribu à la route puisque c'est pas moins de 25% de cette tranche d'age qui est tués chaque année. Plusieurs facteurs peuvent expliquer cette hécatombe.

Tout d'abord des facteurs environnementaux:
les conditions météorologiques, la période de conduite (les jeunes conducteurs roulent souvent la nuit, alors que le risque d'accident est le plus élevé), l'état de la chaussée.

Des facteurs comportementaux.
Il est connu que l'adolescence se caractérise par l'adoption de comportements à risque. Les jeunes conducteurs expérimentent d'autres normes sociales. Les comportements risqués sur la route en font partie. Les jeunes conducteurs de sexe masculin de 18 à 25 ans notamment, font partie du groupe qui prend le plus de risques dans la circulation routière. Ils surestiment leurs capacités alors que les spécialistes considèrent qu'un automobiliste est un conducteur sûr après une expérience de 7 ans et 100000 km parcourus.
Cette prise de risque au volant est amplifié bien sûr par la prise simultanée d'alcool et /ou de drogue.

Un troisième type de facteurs concerne le véhicule lui même: état des pneumatiques, système de freinage. Aussi surprenant que cela puisse paraître, la couleur de la voiture jouerai également un rôle non négligeable dans la gravité des accidents de la route. C'est ce que révèle une étude récente (décembre 2003) parue dans le British Medical Journal.

Cette enquête menée par Sue Furness, chercheuse à l'Université d'Auckland en Nouvelle-Zélande et ses collègues montre un lien inattendu entre la couleur du véhicule et le risque de blessures graves lors d'un accident. L'étude en question a porté sur l'examen de plus de 1 000 accidents survenus dans les environs d'Auckland entre avril 1998 et juin 1999. Les résultats obtenus montrent de façon surprenante que le risque de blessure grave était réduit de moitié avec les voitures de couleur argentée comparées aux voitures blanches.
En revanche, ce risque était accru si les voitures étaient marron, noires ou vertes. Pour les voitures jaunes, grises, rouge ou bleues, la gravité des blessures étaient comparables à celle des voitures blanches .

Conclusion: pour une sécurité optimale et pour conserver tes points sur le permis, refuse de prendre le volant d'une voiture de couleur marron, noire ou verte et opte plutôt pour un gris métallisé !!

British Medical Journal, VOL 327, 20-27dec 2003

Bruno Michaud - Docteur en Neurobiologie le 28/01/2004

Envoie ton témoignage !

S'inscrire