imprimer l'article

Etre fou, c'est normal ?

Qu'est-ce qui se cache vraiment derrière le mot "fou" ? Etre "malade mental", ça correspond à quoi ? Faisons un petit point sur ce qui relève du normal, du limite ou du psychiatrique dans une vie psychique.

Le mot fou est assez fourre-tout et péjoratif. Il sert en général à qualifier des états psychiques vraiment très marqués qui nécessitent des internements en psychiatrie...

Mais se demander ce qu'est un fou/une folle, c'est déjà se poser la question de ce qu'est quelqu'un de normal. La frontière, le moment où l'on bascule de l'un à l'autre, n'est d'ailleurs pas si évidente à trouver ! Bref, c'est très compliqué de quantifier une "folie" et c'est pas pour rien que les psys existent avec toute une batterie de tests de personnalité sous la main pour tenter d'y voir plus clair.

Les troubles mentaux des 13-19 ans à la loupe
Et pour compliquer un peu les choses il faut aussi partir du principe qu'il existe plusieurs types de troubles mentaux impliquant des degrés divers de dangerosité (pour soi ou les autres)... Chez les ados on considère que les plus courants sont des les troubles anxieux et les troubles de l'humeur. 5% des 13-19 ans souffriraient de phobies, crises de panique et anxiété chronique et 3% d'entre eux seraient dépressifs et maniaco-dépressifs (passant d'un instant à l'autre de la dépression à l'euphorie). Les cas très lourds comme l'autisme ou la schizophrénie ne touchent que 1 % de cette tranche d'age. Au total -et selon des chiffres de l'INSERM-, un ado sur huit en France souffre de réels troubles mentaux. C'est pas rien quand même...

Quelle solution à quel problème ?
Pour schématiser on peut donc dire que t'es plus ou moins normal et fais partie des "happy" 7 sur 8 lorsque tu ne souffres pas suffisamment pour te poser perpétuellement des questions sur ta souffrance... ou que personne dans ton entourage ne t'a dit "va consulter !". ;)
Mais à partir du moment où tu sens (ou que l'on te fait sentir...) que tu dérailles ou que ta souffrance prend trop de place dans la vie, tu dois songer à prendre le taureau par les cornes et en avoir le cœur net en consultant un(e) psy. Avoir des difficultés dans sa vie et consulter un psy pour les résoudre ne fait pas de toi un fou/une folle, au contraire.
Le/la vrai(e) fou/folle c'est finalement celui/celle qui ne capte plus ses propres troubles. Les cas purement "psychiatriques" ont généralement lâché prise avec la réalité et on se charge à leur place de le leur rappeler...

tasante.com le 18/03/2005

Envoie ton témoignage !

S'inscrire