imprimer l'article

Aider un parent alcoolique

L'alcoolisme est un mal familial car il n'implique pas que la personne qui boit. Et avec 5 millions de personnes ayant un problème médical ou psychologique lié à une conso d'alcool, ça fait beaucoup de monde concerné...

Un enfant d'alcoolique est toujours en première ligne. Il a d'ailleurs souvent la meilleure volonté du monde possible pour régler le problème à la place de son parent en mettant parfois en place des stratégies balèzes. Mais il est rare de trouver de manière spontanée la bonne méthode qui aidera un parent à réaliser qu'il a un problème et à s'en sortir. Même s'il n'y a pas une méthode universelle pour combattre ce mal, il y a quelques passages imposés pour aider ses vieux à trouver la bonne route.

Tu as affaire à un(e) malade
Un(e) alcoolique est une personne dépendante à un produit. Alors que tu penses que l'alcool est la source des tous les maux, elle la voit comme la solution... Vous avez donc dès le départ un point de vue diamétralement opposé. Ne pars pas en guerre contre lui/elle ou cela risque d'être contre-productif pour vous deux. Chacun retranché dans son camp, ce n'est pas un bon départ.

Qui peut faire quoi ?
Prends du recul... Essaie de comprendre comment tout cela marche et comment c'est arrivé. Quand boit-il/elle ? Y'a-t-il toujours des événements particuliers qui le/la poussent à boire ? Bref, observe et analyse... C'est la première étape pour toi : arriver à comprendre et cerner la problématique qui le/la pousse vers l'alcool. Ca aidera tout de suite mieux à passer à la seconde étape : se faire aider pour l'aider.

Bien aider c'est se faire aider.
Tu ne peux et ne dois tout gérer tout(e) seul(e). Tu n'es pas la personne qui va résoudre le problème mais celle qui va trouver la bonne personne pour cela. Sois réaliste, même si tu connais très bien ton père ou ta mère, tu ne peux jouer le rôle du médecin, du psy ou du groupe de parole souvent nécessaires à sa cure... C'est une partie de billard à deux bandes en somme ! Déléguer la prise en charge du problème à la bonne personne ou au bon groupe, voilà ton rôle.
Il y a plusieurs approches possibles pour commencer à en parler autour de toi :
-le médecin de famille. Même s'il n'est pas forcément spécialiste, sa parole et son réseau de connaissance peuvent servir de bon point de départ.
-t'adresser à une association d'aide et d'écoute. Appelle le 0 811 91 30 30 (alcool info service) ou contacte directement des assocs' telles que les alcooliques anonymes, l'anpaa ou Alateen (retrouve toutes ces infos en bas de la page). Tout cela se passe de manière anonyme pour faciliter la démarche.
-diriger vers un(e) psy. Une thérapie (familiale ou non) est souvent nécessaire au malade pour comprendre sa problématique et en guérir.

Quoi qu'il en soit tu ne dois pas tout porter sur tes épaules. Et si tu fais face à un parent qui nie la réalité ou ne cherche pas à s'en sortir, tu ne peux que prendre son mal en patience. Dans ces cas là et en attendant que lui ou elle fasse son cheminement, c'est à toi d'être soutenu(e) psychologiquement via une assoc' ou un professionnel...

Les contacts :
-Alcool Info Service : 0 811 91 30 30. Pour faire un premier pas.
-L'anpaa : regroupe plein d'adresses et de contacts pour t'y retrouver près de chez toi.
-Alateen : groupe de parole spécifique aux enfants et ados de personnes alcoolique.
-Les alcooliques anonymes : groupe de parole assez connu venu des USA.
 

tasante.com le 22/03/2005

Envoie ton témoignage !

S'inscrire