imprimer l'article

Mal être : repérer quand un pote va mal et l'aider

Aider un pote qui va pas bien, c'est vraiment utile. Par contre, c'est pas évident de remarquer qu'il/elle a changé et surtout de savoir quoi faire pour lui venir en aide !

Parler, conseiller, réconforter : Es-tu un bon psy ?

Selon une enquête*, 64% des ados interrogés pensent que c'est « plutôt difficile » d'aider un autre. Et pourtant, cette aide est loin d'être inutile puisque 71% des jeunes ayant été soutenus par un ami, ont trouvé son aide « plutôt efficace » et 13% « très efficace ».

Comment repérer quand un pote va mal ?
Pour apporter ton aide, il faut déjà remarquer qu'il y a un truc qui ne va pas, un truc pas normal. Or souvent les changements d'attitude se font progressivement et tu mets du temps à réaliser qu'il y a danger, risque. En plus, c'est très difficile d'arriver à faire la différence entre un vrai problème et juste une petite crise passagère. En tout cas, certains signes sont souvent révélateurs d'un mal être :

*Un cumul de problèmes, l'impression d'une spirale infernale : «C'est une accumulation de choses... à un moment tout se bouscule et j'avais envie de péter les plombs. Je faisais des crises de nerfs», Louisa 16 ans.
Souvent les problèmes familiaux ou sentimentaux viennent en premier mettre le trouble. Par exemple, un petit copain qui n'est pas accepté par les parents, une rupture, une mauvaise ou absence de communication avec les parents, un manque de liberté ou un étouffement, un divorce... puis ensuite les problèmes scolaires ou de dépendance sont le signe que ça bascule.

*Une négation des problèmes, genre «c'est rien, ça va passer» : «D'abord j'ai essayé un maximum de pas le montrer, ça je le sais. Je mangeais pas beaucoup, j'étais pas en forme, mais c'était un peu à confondre avec une réaction d'adolescente qui commence à se chercher. J'étais difficile à cerner» Patricia, 18 ans.

*Un changement d'attitude et d'humeur, comme de la tristesse, des angoisses, de l'agressivité par exemple : «je pleurais pour rien, tout m'énervait pour rien» Pascaline, 15 ans.

*Un isolement ou une sociabilité perturbée. Ca peut être une attitude extravertie ou introvertie soudaine, un changement de groupe d'amis et des fréquentations etc. «C'est clair que je m'étais renfermé sur moi-même. On venait, on me disait bonjour, je répondais quand même. Alors qu'en temps normal, à la base, je suis quelqu'un qui est très ouvert» Vincent, 18 ans.

*Des transformations physiques comme la prise ou la perte de poids, les auto-mutilations, les changements de style vestimentaire. «Elle avait beaucoup changé. Elle avait les cheveux roses avec des dreads de partout, des objets dans les cheveux, des fils de fer, des piercings partout sur le visage...» Lou, 16 ans.


*Enquête IPSOS « Forum Adolescences » pour la fondation Wyeth en partenariat avec Fil Santé Jeunes.
--
Mal être : Quels problèmes ? A qui en parler ? Mate la suite !

Passe le test pour savoir si t'es un bon psy !
Besoin de parler ? Envie de donner des conseils ? Passe sur le forum !
--



 

tasanté.com le 20/05/2005

Envoie ton témoignage !

S'inscrire