imprimer l'article

Tout sur l'anorexie : les idées reçues !

On entend beaucoup parler de l'anorexie depuis quelque temps... Et pourtant, on ne sait pas toujours ce que c'est exactement et ce qu'on doit faire quand on y fait face. Ecoute les conseils et chope les infos du médecin.

Nous avons interviewé Marie-Estelle DUPONT, psychothérapeute spécialisée notamment dans le traitement de l'anorexie et de la boulimie.

Quelles sont les idées fausses sur l'anorexie ?

 


« L'anorexie n'est pas un problème alimentaire, c'est un problème psychologique »

Il y a beaucoup d'idées fausses sur l'anorexie :
- Le premier consiste à penser que c'est un problème alimentaire. La première réaction de l'entourage, quand on voit cette jeune fille sombrer, c'est souvent de donner des conseils diététiques alors que la diététiques, elle la connaît mieux que tout le monde. Le problème n'est pas alimentaire. Le problème, c'est le rapport à son corps qui est insupportable. Elle le déteste, le maltraite. C'est un problème d'image de soi, de rapport à soi-même et aux autres, de relation. C'est un problème d'ordre psychologique et pas alimentaire comme quelqu'un qui aurait du cholestérol et qui doit arrêter de manger du beurre et de la charcuterie.

Une deuxième idée fausse :

 


« Il faut faire alliance avec la personne anorexique contre sa maladie »

On a tendance à penser que les anorexiques sont totalement victimes ou totalement manipulatrices. Or, elles sont les premières à être manipulées par leur maladie. Cette maladie est vraiment un tyran. Et c'est le rôle des amis de ne pas se laisser tyranniser, de ne pas se laisser réduire au silence et de continuer à dire qu'on s'inquiète pour elle et qu'on l'aime.
On penser parfois qu'elles sont totalement victimes. C'est vrai qu'il y a un engrenage infernal. On a beau vouloir s'en sortir, on ne peut pas car c'est un peu comme une drogue. Mais au départ, il y a quand même une volonté négative, farouche de se faire du mal. Il faut s'appuyer sur la partie de la personne qui avait la volonté de cette personne de se détruire et qui veut comprendre de quoi elle souffre, pour faire alliance avec elle contre la maladie. Car souvent, il y a une confusion entre l'anorexie et la personne anorexique. On ne penserait pas à réduire une personne qui a un cancer à son cancer. C'est exactement pareil, il faut faire alliance avec la personne contre la maladie. Sinon, vous allez entrer en conflit avec elle, considérer qu'elle est manipulatrice. Dans ce cas, non seulement elle souffre de sa maladie mais en plus, elle se trouve en conflit avec les gens de l'extérieur.

Encore une idée reçue sur l'anorexie :

 


« Elle a fait un arrêt cardiaque ».

On peut repérer la gravité en fonction du poids. C'est faux : La fille la plus maigre n'est pas forcément celle qui est le plus en danger de mort. C'est dramatique quand on entend en consultation des parents dire : « On a attendu parce qu'elle n'était pas si maigre que ça ». Car la souffrance psychologique est passée à la trappe et n'a pas du tout été prise en compte. Et puis, chaque corps est différent. Quand vous privez votre organisme de nourriture, ça le met en état de stress. Qu'est-ce qu'il fait ? Dans un premier temps, il se révolte et il lutte pour ne pas maigrir. C'est ce qui révolte les anorexiques. Elles luttent et pourtant, elles ne sont pas aussi maigres qu'elles devraient l'être parce que le corps résiste à l'amaigrissement dans un premier temps. Ensuite, il va puiser dans ses réserves, mais les dérèglements biologiques liés aux privations (hormones de stress...) vont ralentir l'amaigrissement. Et cela dépend de chaque organisme. Certaines vont maigrir extrêmement vite, et d'autres vont fabriquer des hormones de rétention d'eau et même si elles perdent leur masse musculaire et leur masse grasse, elles vont gonfler et faire des ½dèmes. Elles sont désespérées parce qu'elles ne mangent plus rien, mais elles ont les chevilles et les mains gonflées parce qu'elles font de la rétention d'eau. Et c'est extrêmement grave quand on en arrive à faire des ½dèmes parce qu'on a des carences nutritionnelles, c'est que l'on est très dénutri, c'est qu'on est allé très loin dans la privation alimentaire. Donc surtout il ne faut pas évaluer la gravité en fonction du poids. Il ne faut jamais se dire « on attend cet été, si elle a encore maigri, on fera quelque chose ». Il faut réagir tout de suite.
 

Y a-t-il des garçons anorexiques ?

 

Oui, même s'il y en a beaucoup moins. On voit souvent au moins une dizaine de filles anorexiques avant de voir un seul garçon. Quand c'est un garçon, c'est toujours une forme très grave. Chez une fille, cela peut être très grave, chronique ou passager. Chez un garçon c'est toujours extrêmement sévère, sous-tendu par des problèmes souterrain graves, par exemple sur la masculinité.

Ca continue !
Comment repérer une copine anorexique... Mate les réponses ici.
Pourquoi l'anorexie se passe souvent à l'adolescence ? Et plein d'autres réponses...
Comment combattre la maladie ?

TaSanté.com le 20/06/2008

Envoie ton témoignage !

S'inscrire