imprimer l'article

Cancer du sein et graisses trans

Depuis 20 ans, l'incidence des cancers du sein augmente de manière continuelle : cette maladie a augmenté de plus de 60 %. L'Inserm a mis en évidence une cause à ce cancer du sein : la consommation de graisses toxiques (1). Alors, tasante te briefe pour les éviter et prévenir cette maladie.

Ce cancer qui était classiquement celui de la femme âgée survient aussi aujourd'hui chez des femmes plus jeunes. Et chez ces femmes jeunes, de moins de 50 ans, il a par exemple augmenté de 1,5 % tous les ans entre 2000 et 2004 (2).

Certaines graisses hyper toxiques augmentent le risque de cancer du sein. C'est ce qui ressort d'une étude épidémiologique.

Quelles sont ces graisses ?
Il s'agit de ce que l'on appelle les graisses trans (pour transformées). Il s'agit au départ de graisses végétales qui sont transformées (hydrogénées) pour former des matières grasses plus stables utilisées dans l'industrie alimentaire. Oui mais le problème, c'est que plus stables, elles sont aussi beaucoup plus toxiques. Depuis les années 90, on sait qu'elles sont très nocives pour les artères, augmentant énormément le risque d'infarctus et d'accident vasculaires cérébraux. Et aujourd'hui, on sait aussi qu'elles augmentent les cancers du sein.

Comment le sait-on ?
Les chercheurs ont dosé dans le sang des femmes le taux de graisses trans. Chez les femmes qui ont eu un cancer du sein par la suite, ces taux étaient nettement plus élevés que chez celles qui n'ont pas eu de cancer du sein. Plus net encore, plus le taux d'acides gras trans était élevé, plus le risque de cancer du sein était important. Les chercheurs concluent que « Ces résultats montrent que les femmes ayant des taux élevés d'acide gras trans dans le sérum ont un risque d'avoir un cancer du sein presque doublé par rapport aux femmes ayant le taux le plus bas ». Alors, ce qu'on te propose, c'est de faire baisser de moitié ton risque de cancer du sein, tout simplement.

Les industriels cherchent-ils à nous empoisonner ?
Pas du tout. Ils pourraient bien sûr réagir plus rapidement, et changer leurs recettes pour ne plus utiliser ces graisses cancérigènes. Mais au départ, ce choix partait d'une bonne idée (croyait-on). Comme les graisses animales (beurre ou saindoux) ne sont pas idéales pour les artères, leur préférer des graisses végétales, même hydrogénées semblait plutôt bénéfique pour la santé. Jusqu'à ce que l'on s'aperçoive que c'était l'inverse.
On aimerait même voire interdire ces produits ou au moins que soit rendu obligatoire une mention en grosses lettres « contient des graisses trans »... Cela simplifierait le choix des aliments.

Où se trouvent ces graisses trans ?
Pour les éviter, il faut savoir les repérer ! Ces graisses trans sont présentes dans les produits alimentaires industriels : les viennoiseries, les pâtisseries, les gâteaux secs, les brioches, crêpes industrielles... Examine les compositions, même si c'est en tout petit. Si tu lis « graisses trans », « matières grasses végétales partiellement hydrogénées » ou « matières grasses hydrogénées », ou « huile végétale hydrogénées » ou « huile végétale partiellement hydrogénée »... zappe le produit.

Et les graisse animales ?
Sache que le beurre, le saindoux, l'huile de palme ou les graisses végétales sont bien meilleures pour la santé que les graisses trans. Alors, préfère le croissant au beurre à l'ordinaire et la pâte à tarte à basse de beurre ou d'huile de palme...

Et parles-en autour de toi.
Passe l'info à tes amis, à tes parents (surtout si ce sont eux qui font les courses) boycotte les biscuits aux graisses trans et ça va bien finir par faire bouger les choses. Si on pouvait enfin tous mettre de l'énergie à faire diminuer les cancers du sein, ce serait une belle réussite non ?

Et toi, connaissais-tu ces graisses trans ? En avais-tu entendu parler ?

(1) Source : Serum trans-monounsaturated fatty acids are associated with an increased risk of  breast cancer in the E3N-EPIC Study
V. Chajès; A. C.M. Thiébaut; M. Rotival; E. Gauthier ; V. Maillard;  M.C. Boutron-Ruault; V. Joulin; G. M. Lenoir ; F. Clavel-Chapelon.
Am. J. Epidemiol. 2008 (DOI: 10.1093/aje/kwn069)


(2) Baisse de l'incidence des cancers du sein en 2005 et 2006 en France, un phénomène paradoxal. Bulletin du cancer volume 95 numéro 1,11-5 janvier 2008 synthèse. Cet article traite de la diminution des cancers du sein des femmes de plus de 50 ans suite aux diminutions des traitements hormonaux de la ménopause. Chez les femmes de moins de 50 ans, c'est différent. Hubert Allemand, Brigitte Serandou Alain Weill, Philippe Ricordeau. 
 

Dr Catherine Solano le 22/09/2008

Envoie ton témoignage !

S'inscrire