imprimer l'article

Euthanasie : les français favorables !

Régulièrement, le débat sur l'euthanasie est relancé dans l'actualité parce que des personnes atteintes de maladie incurable demandent le droit de mourir dignement. Malheureusement, en France, l'homme n'a pas le droit de vie ou de mort sur quiconque, ni même sur lui...

Euthanasie, kézako ?
L'euthanasie vise à provoquer le décès d'un malade pour mettre un terme à sa douleur. En clair, c'est l'aider à mourir quand sa vie n'est plus que souffrance.

Euthanasie, keudilaloi ?
Il existe bien une loi en France, la « loi Léonetti », qui interdit l'acharnement thérapeutique et qui prévoit le droit pour le patient de refuser un traitement, et pour les médecins de « laisser mourir ». Mais « laisser mourir » ce n'est pas « aider à mourir ». La loi autorise les médecins à donner des médicaments pour soulager la souffrance avec pour « effet secondaire d'abréger la vie » d'un malade en « phase avancée ou terminale d'une affection grave et incurable ». Mais administrer une substance pour faire mourir reste totalement illégal. Si un médecin le fait, il peut être poursuivi d'« assassinat avec préméditation » et risque la prison à perpétuité.

On se souvient du cas de Chantal Sébire, cette femme atteinte d'une tumeur à l'½il. Dans son cas, le médecin ne pouvait rien faire parce qu'elle n'était pas reconnue comme « malade en fin de vie ». Il pouvait alors suspendre son traitement, mais en aucun lui donner un médicament pour l'aider à mourir.


Euthanasie, Kiképour ?
Un sondage réalisé en Avril relance la question d'une nouvelle loi pour autoriser l'euthanasie en France. Avec 86 %* de voix favorables, ce sont plus de 8 français sur 10 qui se sont déclarés être pour qu'on autorise l'euthanasie quand une personne atteinte d'une maladie incurable et en phase terminale la réclame. Et plus on est jeune, plus on est favorable ! Les 25-34 ans on voté pour à 92.5%.

Les personnes pour estiment qu'on ne peut pas laisser se prolonger des souffrances insupportables sous prétexte qu'on ne veut pas donner la mort à quelqu'un.
Les personnes réticentes pensent, elles, qu'en France, on n'accompagne pas assez les personnes qui souffrent, on ne soulage pas suffisamment leurs douleurs physiques et/ou morales.

Il y a un témoignage dans le livre de Patrick Sébastien, un philosophe bien connu ;-) qui dit qu'il a failli étouffer sa mère qui souffrait et qu'elle lui a lancé un tel regard qu'il a arrêté. Il a compris : "tu ne pourras pas vivre avec le souvenir de ce geste..." Mais il dit ne pas avoir regretté d'avoir voulu le faire !

Finalement, la question POUR ou CONTRE l'euthanasie n'est pas si simple. Alors posons-la autrement :

Toi, pourrais-tu donner la mort à quelqu'un qui souffre beaucoup ?


* Enquête réalisée pour l'APDM (Association Pour le Droit de Mourir dans la dignité) auprès de 1012 personnes.

Tasante.com le 07/05/2009

Envoie ton témoignage !

S'inscrire