imprimer l'article

La caca-thérapie, ou la crotte utile !

Soigner avec des substances du corps humain prélevées sur quelqu'un d'autre, on connait : le don de plasma, le don de sang, le don de plaquettes... Mais le don de caca, ça, c'est nouveau ! Et toi, tu serais prêt à donner ?

Comment on donne son caca ?
On te fait passer des tests pour l'hépatite B, C et pour le VIH. Il ne faudrait pas contaminer ton donneur ! On te donne ensuite un contenant en plastique stérile, tu fais un petit (ou un gros) caca dedans pendant 3 jours. Tu le congèles et tu l'apportes dans ta glacière à l'hôpital. Ensuite, la personne qui va recevoir ton caca prend un laxatif à l'hôpital, médicament qui va vider totalement ses intestins. L'équipe médicale décongèle ton caca, en prélève 50 grammes, le mélange dans de l'eau un peu salée pour filtrer le tout. Ce bon petit brevage est ensuite injecté dans l'anus du receveur, comme pour un lavement.

Pourquoi on donne son caca ?
Les receveurs sont des personnes ayant des diarrhées graves impossibles à soigner. Leur intestin a été colonisé par de mauvaises bactéries (comme le clostridium difficile) à l'origine d'atroces diarrhées. Le but de ce don est de transmettre de bonnes bactéries à la personne malade. Ces bactéries colonisent ensuite son intestin qui retrouve son équilibre et... Adieu la diarrhée !

La cacathérapie, c'est efficace ?
Dans les cas rapportés, c'est extrêmement efficace. En moins de 24 heures, des personnes qui souffraient de diarrhées handicapantes depuis des années retrouvent leur forme dès le lendemain. Les personnes guérissent en moins de 6 jours. Et même si ce n'est pas trop agréable de se faire entrer une soupe de caca dans l'anus, ce n'est pas un traitement très agressif ! Pas plus qu'un suppositoire.

Qui donne ? Qui reçoit ?
On donne à une personne malade bien sûr ! Et les médecins choisissent plutôt une personne proche, une soeur ou un frère par exemple. En effet, on ne sait pas très bien s'il pourrait y avoir des intolérances, des rejets. Donc il vaut mieux échanger son caca en famille !

C'est quoi le risque de la caca-thérapie ?
C'est que très peu de personnes ont encore été soignées par cette méthode. Aussi on ne mesure pas complètement les risques. Les chercheurs ont peur de transmettre parfois des bactéries dangereuses d'une personne à une autre. En effet, une bactérie bien supportée par le donneur de caca pourrait ne pas l'être par le receveur. Du coup, on reste très prudent et cette méthode n'est pas encore très répandue. En 1958, 4 malades sur 4 avaient été guéris en une journée. Et en 1981, 13 guéris sur 13 par la même méthode. Et aujourd'hui, plus de 70 personnes ont été guéries par le Dr Thomas Louie de Calgary. Du coup, de nombreuses études sont en cours. Mais il est obligé de pratiquer au domicile du patient, en dehors de ses heures de travail, car l'hôpital qui l'emploie refuse de prendre le risque de transmettre des bactéries...

La caca-thérapie, c'est l'avenir ?
Peut-être ! Il se peut que l'on puisse transférer de bonnes bactéries d'une personne à l'autre, et que ça ne soigne pas seulement des diarrhées ! On parle de tenter l'expérience sur des personnes atteintes de maladies inflammatoires chroniques de l'intestin (MICI) comme la maladie de Crohn ou recto-colite hémorragique.

Le caca, c'est pas cher !
Si on pouvait développer le procédé pour guérir plusieurs maladies, ce serait tout bénéf pour la sécu ! Parce que le caca, c'est facile à trouver et c'est pas cher !

Sources : Bakken JS. Fecal bacteriotherapy for recurrent Clostridium difficile infection. Anaerobe 2009 Dec;15(6):285-9. Epub 2009 Sep 22
Wendy Glauser Risk and rewards of fecal transplants - CMAJ. 2011 March 22; 183(5): 541–542. - "Découverte, le caca qui guérit", Science et vie Junior  (mai 2011). 


--
Teste-toi : 
Côté hygiène : t'es crade ou clean ?

Va voir aussi :
Caca blues...
Les filles sont des princesses, elles ne font jamais caca !
La diarrhée, c'est pô gagné !

Discutes-en :

Sur le forum : Je suis malade, mais je me soigne...

Mate la vidéo :
Faire caca, puis... se laver les mains.
--

Dr Catherine Solano et Tasante.com le 20/04/2011

Envoie ton témoignage !

S'inscrire