Questions sur la dépression

La dépression est relativement fréquente : une femme sur cinq et un homme sur dix ont été, sont ou seront dépressifs au cours de leur vie. La dépression est une vraie maladie, dont la gravité est réelle. Parlons-en.

Francis Pradeau - Médecin des hôpitaux,Dr Catherine Solano et Tasante.com, le 22/01/2009

Opinions, Témoignages (178)

Par Sileas, le 13/02/2007 à 14h24
moi aussi jai connu des dépressions dès l'age de 12ans. j'avais des difficultés avec mes parents , je les détestais depuis mes 9 ans, je voulais parler, personne ne m'écoutait. j'ai préparé ma première fugue à cet age, mais je ne l'ai jamais fait, par amour propre. j'étais dénigrée par les adultes, que ce soit les profs ou mes propres parents, je n'avais personne à qui me confier, personne à qui faire confiance. mais sa remontait de ma toute petite enfance, depuis que je me suis faite adoptée. Je n'ai jamais réussi à me détacher totalement de ma famille d'origine, parce que ma mère m'avait dit qu'elle reviendrait me chercher. Je l'attend toujours et longtemps, j'ai eu le sentiment qu'elle m'avait renier, que je n'était rien pour elle, parce qu'elle ma menti. Cela m'a fait beaucoup souffrir, mais aussi le fait que contrairement à mes seurs d'ici, j'ai eu à souffrir d'insultes racistes. Moi je me disais "je ne suis pas ici chez moi". Alors j'ai commencé à vivre dans mon imaginaire, repliée sur moi même. Puis à 11ans et demi, j'ai subi des agressions sexuelles répétées, cela a duré plussieurs mois. J'ai beaucoup souffert, d'autant plus que je grandissais trop vite, je ne reconnaissais plus mon corps,j'étais déja faite comme une femme. J'avais l'impression de n'être qu'un objet, de me faire manipuler tout le monde, et en plus je me sentais coupable, j'avais plus que honte. Et eux, ça les faisait rire, je leur ai dit que j'allais me suicider car ils m'avaient fait une réputation et ils ont rit.Mes parents me disaient "tout le monde voit que tu as un problème!"et par amour propre, j'ai essayer de cacher mon mal. Cela aurait été la pire des hontes de dire que je m'étais faite violée. De toute facon je n'aurais pas pu le dire à mes parents car j'avais des rapports très conflictuels avec eux, nous ne communiquions que par les reproches, les insultes et les cris. J'était trop jeune, trop dépassée par mes problèmes pour les supporter tous.je restais cloitrée dans un coin de ma chambre, je pleurais sans cesse, parfois sans savoir pourkoi, je ne mangeais plus, j'étais triste et je ne songeais qu'à mourir. Je l'aurai fait si je n'avais pas l'envie de redécouvrir qui était ma mère d'origine, pourkoi, meme si je ne la connaissais presque pas, elle me mankait tant. Il aurait fallu que je sorte un peu de chez moi, voir mes amies mes mes parents ont toujours refusé, parce qu'elle étaient " pas assez bien éduquées" pour eux. Entre le collège que je détestais et la maison où mes parents me retenaient, je ne voyais rien d'autre.Je restais seule, mes pensées m'encombraient, ce fut presque 2 années d'horreur. J'ai alors eu des troubles alimentaires, j'allai de l'anorexie à la boulimie sans cesse. Lorsque j'ai retrouvé les traces ma mère d'origine, cela à été une grande délivrance pour moi. Elle a répondu à un courrier que je lui avais fait et lorsque je l'ai reçu, l'émotion était si grande que j'ai cru m'évanouir. Depuis, mon état s'est arrangé, mais des fois je replonge, parce qu'avec mes parents, je n'ai plus de dialogue avec eux depuis que je suis en 5eme, j'ai beaucoup souffert de ne pas avoir des adultes de confiance autour de moi. J'ai maintenant des amies qui ne m'ont pas connue lorsque j'étais si mal, elles ont un regard totalement extérieur et elles m'écoutent. mais là encore, je déprime, lorsque je fais le bilan de ma vie,(un désartre) de voir qu'à 15ans, je n'ai pas souvent profité, je n'ai pas souvent été heureuse. Encore maintenant, il m'est arrivé de me tailladé les poignets, de me faire vomir, de penser à la mort, de ne plus rien vouloir, de me sentir inutile.des fois je me dis que je suis guérie. je ne sais pas.j'ai vu une psy 3 mois et là encore, j'ai arreté parce que je n'arrivais même pas à lui sortir 2 mots sur ma vie. La guérison ne se fera jamais en gardant le secret, mais je ne sais pas comment faire. j'ai trop honte de tout.

Par depresion, le 03/02/2007 à 16h16
Bonjour,il y a a peut pres 1ans j'ai commencé a allé mal mais ca ne m'inquiété pas vraiment car plusieur fois j'ai une des passages a vides...Mais plus le temps passé et plus je m'enffoncer,je ne ressenter plus rien..plus de joie, 1 seul envie mourir..Je me suis mise a me scarifier, je me couvrait de sous-pull en plein été car personne ne le savait...Un jour j'ai eu un malaise au college et l'infirmiere ma enlever le sous-pull et a vu que j'avait tout les bras lacérés.Elle a donc prévenu ma mere...J'ai été suivi par l'assistance social, la psycologue et l'infirmiere de mon bahut.A partir de ce momment la j'en avait marre de tout et j'ai commencer a faire des tentatives de suicide...Apres de multiples hospitalisations a l'hopital des enfants, ils ont décidés de m'envoyé dans un centre de soins d'urgences pour adolescents ( j'y suis resté une semaine) puis j'ai demandé a sortir.
Les grande vacances sont passé..A la reprise des cours j'ai eu une crise de tétanie qui ma conduit en urgence a l'hopital..La, ils m'ont renvoyé dans le service auquel il m'avait envoyé avant les vacances et j'y suis resté 1mois et demi(alors qu'ils n'ont droit de nous garder que 2 semaines maxi).Ils m'ont ensuite envoyé a la villa ancely ( service de pédopsychatrie de l'hopital purpan a toulouse)le 30octobre 2006.Apres 1 mois d'observation ils m'ont dit que je faisait une grosse dépréssion...je suis encore hospitalisée dans ce service,je commence seulement a avoir le droit de rentré chez moi le week end, j'ai un anti-déprésseur (laroxil)qui a commencer a faire effets il y a environs 1 mois..
Tout ca pour dire que c'est une aventure tres difficile que je ne souhaite a personne, pas meme a ma pire ennemie..Je souhaite beaucoup de courage a tout ceux qui en sont atteint !! bisouxx a tous !

Par jata, le 18/01/2007 à 00h16
b alr moi des jours je suis super bien avec mes amis mes parent .. je pete la forme mé par moment surtou le soir je vais dans ma chambre et en ecoutant d la musik je me met a pleurer o debu je pensai ke cete ke mon copin qui me mankait prk on abite loin mais a force cela me le fai environ tout les 3 jour ! par momen je vai super bien je rigole et d'un cou je me met tte seul ds mon coin je penc é je me met a pleurer je voudrai savoir si c possible ke ce soye un debu d depresion ou otre chose reponder moi vite je sui tres inquete !

Par laurinem, le 15/01/2007 à 14h31
Je c pa comen ataké ce témoignage... en ce moment sava pa fort, je vis chez mes parents (j'ai 18ans), je ne peut pas sortir, je vis à la campagne ds un coin perdu, je n'ai pas + dami ke sa, c pr cela ke kan jss amoureuse je suis très dépendante, et avec mon chéri sa c fini il y a une semaine car je lui est avoué sa, je ne replonge pas ds la dépression car ns avon gardé contact j'ai besoin de son soutien mais lui voudré ke je devienne + indépendante. je ne sai pa comment faire. mes parents ne me comprenne pas, je suis bcp a leur écoute kan i il ne von pa bien mai a partir du momen ou ils vont bien ils se foutent de tout, y compri ce que je traverse. je pleur san arret, g envi de maéré, kan jlexplik a mes parent il veul rien savoir ils son tjr persuadé ke c une passade et bien sur ke sa va pacé...je ne voi ke mé ami en alan o licé mé franchement je ne lé trouv pa intéressan, personne ne me ressembl ne me compren. la je sui en stage dc sa chanj lé idées, mais dés ke je ne travail pa, je massi je cogite je comate. mamR di tjr dun ton sec tu c pa koi fR? taka venir m'aider à travailler. dc je fé semblan davoir qqch a faire pr ne rien fR. un jr je mété di ptèt si je laide el sera un peu + compréhensiv mé rien ni fé, el di il niapa ke lé sorti ds la vi, la dernièr foi ke je sui sorti de ché moi (apar pr alé en cour) CT il ya un an... jSpR passsé vite mon permi mé nayan pa dargen mé paren mon propozé de médé, mé il profite de pouvoir géré sa pr mle retardé le + possibl... dc jaten jlS la vi coulé é mé larme avec.

Par dreampiou, le 13/01/2007 à 21h04
Il y a 1an, j'ai fugué de chez ma mère (mes parents sont divorcés), chose que je regrette a présent, mais sur le coup je ne pensais pas que j'aillais farie une énorme bétise. Le soir mon père ma récupérée sur la route. Puis nous nous sommes cachés car la police nous cherchais, ma mère a porter pleinte contre mon père... Enfin bref! Suite a sa j'ai fait une "anxio-depression" et j'allais pas bien du tout, plus le gout a rien, je suis pas aller a l'école pendant quelques temps. Mon père me fesais confiance pour mes médicaments, sauf que je ne les prennais jamais, je les méttais à la pobuelle, comme sa si il vérifiais c'était bon! Et puis au fil du temps, je pense que mon état ne c'est pas amélioré, car souvent je vais mal, souvent je pense au suicide. J'en parle a un ami mais il a tellemnt l'habitude de me voir sourire de me voir forte ( et je ne suis pas du genre a me pleindre, je suis très renfermée sur moi-même) donc voila il ne prennait pas tout cela au sérieux. Puis un jour, il y a 2 3 semaines a peine, sur msn, j'ai un nouveau contact, je lui parle, et je découvre que c'est le chanteur d'un de mes groupe préféré! Puis tout de suite la confiance et la complisité se sont installée... Depuis c'est pour lui que je vis, même s'il habite a 300km, je tiens beaucoup à lui, il m'écoute avec attention, et c'est ce genre de personne qui vous donne l'envie de continuer, ce genre d'ange gardien... Alors pour tout ceux qui ne vont pas très bien, chercher un ange gardien..

avatar Par ali66, le 22/12/2006 à 17h30
je suis dépréssif depuis 1999...

Par caro1989, le 17/12/2006 à 04h51
slt tt le monde moi j'ai fait plus de 10 tentatives 1 peu a cause de tt je ni sui jamé parvenu a mes fin la je vais mal car les souvenirs reviennent je menferme ds la musique en esperant que ds les paroles je trouves des réponses à mes questions je nose pas en parler de la peur la honte.MALHEURESEMEN 1 prof la capté et 1 amis m1tenant fo que je cache mon mal de vivre pour évité qu'on me questionne je vais essayer d'etre forte et de régler ces problèmes tt seul comme je l'ai tjrs fe bis e courage à tous

Par fany74, le 11/11/2006 à 22h55
moi en ce moment je ne me sens pa bien et je me tailles les veines et je voulais savoir si yavai pa kelkun ki pourai me conseiller un autre moyen de se sentir mieu kan on est pa bien car jai peur a force de me faire choper par mon pere ...svp reponder moi !

Envoie ton témoignage

Pour participer, tu dois t'identifier.

Si tu n'es pas encore inscrit, fais-le, c'est gratuit !

S'inscrire