Se faire mal, pourquoi ?

Pourquoi certains d'entre nous en viennent à sa faire souffrir ? Peut-être y as-tu pensé, peut-être l'as-tu fait, peut-être qu'une de tes copines est concernée... ?

Tasante.com, le 12/11/2011

Opinions, Témoignages (102)

Par Margault, le 01/07/2008 à 10h29
J'ai écrit ça et je voulais savoir, si j'ai raison dans ce qe je dit ou si je me trompe complètement.

La self-charcuterie appelée plus communément mutilation est un moyen que trouve le jeune pour sortir du trouble. Il ne sait pas expliquer pourquoi il fait ça. Pour lui, c'est comme ça. Il y a diverses raisons comme des problèmes familiaux, à l'école ou avec soi-même simplement. Mais la self-charcuterie est quelquechose à prendre très au sérieux. Il y a plein de manières différentes de se mutiler : avec un cutter, avec un coupe-ongle, avec une pince à épiler ou un couteau de cuisine, bref, les outils sont partout. Il y a aussi la mutilation mentale et la mutilation alimentaire. Cette dernière est la pire pour la santé du jeune. Et la deuxième est terrible aussi car le moral du jeune, déjà très bas, redescendent encore sur les injures qu'il se prolifère. La mutilation alimentaire consiste à arrêter de manger car quand on ne se nourrit pas, on a mal partout, surtout au ventre et on peut en devenir affreusement malade. La mutilation la plus présente qui consiste à se couper est utilisée par le jeune car elle lui permet de se défouler et d'évacuer ailleurs que sur les objets ou les gens. Se faire mal signifie, pour lui, oublier et mettre toute sa rage la-dedans. On peut se mutiler à plusieurs endroits. Le plus fréquent reste le poignet. Malheureusement, il n'y a pas toujours assez de place et puis c'est très voyant. Le jeune décode donc de changer d'endroit : les jambes, les pieds, les chevilles, la poitrine, les oreilles et j'en passe. L'endroit ou le jeune se self-charcute n'a aucune signification dans la plupart des cas.
Souvent, le jeune n'en parle pas car il a peur des réactions et de l'éventuelle deception de ses interlocuteurs. Les plus chanceux trouvent quelqun à qui en parler, et cela les aide bien plus facilement à les sortir de là. Ses amis le supplie d'arrêter, il essaye mais en vain. Le jeune qui se mutile a honte de lui. Beaucoup de gens pensent qu'il en est fier mais ce n'est pas le cas, jamais. Sauf pour certaines personnes qui se coupent pour dire qu'il se sont coupés. Ces gens-la, il ne faut pas les prendre au sérieux. Revenons à nos moutons (Bêê Bêê, désolé, je pouvais pas m'en empêcher. Soit.). Le jeune peut rapidement entrer dans le cercle vicieux de la self-charcuterie. Il a trouvé LA solution pour ne pas se prendre la tête. Ses proches qui ne sont pas au courant l'apprécient d'autant plus qu'il est devenu calme. Malheureusement, la mutilation devient vite une drogue : le jeune se self-charcute chaque jour un peu plsu et son corps en subit les conséquences. Le jeune ne se rend pas compte de ce qu'il fait : il est trop mal dans sa peau. Le trouble revient et la mutilation n'a donc servi à rien. Le jeune continue. S'il se fait aider, tout peut changer, sinon il peut se retrouver à la morgue.

Par capucin, le 20/03/2008 à 21h16
merci pour vos témoignages, en ce moment rien ne va plus dans ma vie, je ne trouve plus de goût à rien, j'en arrive à vouloir mourir, c est pas la première fois que j'y pense mais maintenant c'est presque tous les jours et ca devient presque une obsession. J'avais envie de me tailler les veines pour disparaître définitivement. Mais je vois que je ne suis pas la seule à ressentir ces pulsions suicidaires. C'est quand même étrange d'avoir besoin de se faire du mal. voilà après la chute l'envol

Par bsatan, le 01/03/2008 à 14h18
moi sa fait 7 ans est de nombreusse foie jai etait a l hosto mes je men plein pas est je ne ve pas arreter car moi ses pasun soulagement que je resent moi sa m aide a comprendre certaine chose ladolesence est un periode tres bizar mes des gens son parreil a 16 comme a 25 ans ses pasun manke de maturiter ses juste un choix de vie

Par 4ever91, le 08/01/2008 à 18h57
slt moi cé laura jé 13ans,moi jme mutile depui lané dernière dc depui 1an car jé vécu bocou de movez choses é bcp de gen mon fé du mal ,mé zami séloigné de + en + de moi,javé 2 copine ke jadoré troo cété mé meilleur kom 2seur ki mn laché,aprè sa jme ss fé enkor + de mal chpa si la vi ki é dur kime fé fer ca mé en ts jsoufr je pleure mé je continu a me mutilé mé c plu d ptite marke avc le compa!!+ lé gen me fon du mal + jme fé du mal!!mtn je pren karémen d cizo é jme coupe de la po!!:s
pourtan lé gen ki me fon du mal il save ke jfé sa a coz' d'eux! on diré ke sa leur pléziir de fère soufrir kelkin!! jaimeré bien arété de fère sa!!mé il mfo de l'AIDE BOCOU D'AIDE

Par mmwwaa21, le 01/01/2008 à 16h19
Moi aussi, j'ai été comme vous. A me mutiler, pour me soulager, pour pousser le cri que je ne pouvais pas crier, etc...
J'ai réussi à arrêter, je peux même pas vous dire comment j'ai fais, sauf qu'en voyant mes bras, je me suis dis : Put*** ! Aucun autre mot n'est sorti de ma bouche. Mais maintenant mon problème c'est de faire disparaître les cicatrices...je suis mineure, et donc je pars en vacances avec mes parents... mais là mes cicatrices sont trop voyantes... je veux pas faire de peine à mes parents, il faut qu'elles disparaissent !

Par nofeli, le 30/12/2007 à 21h37
je me suis mutilée les bras pendant 5 ans, au début je gravais les noms des garçons que j'aimais. Et puis les deux dernieres années, j'ai commencé à prendre des scalpels, des ciseaux et à m'entailler les bras, à l'internat, la surveillante s'en est apperçu et m'a ouvert les yeux. Je souffrais de me voir dans un tel état, autant mentalement que physiquement, c'est dur de cacher les cicatrices en été ! Donc j'ai pris mon courage a deux mains, j'en ai parlé à une amie. J'ai réussi à arrêter pendant 6 mois et puis un coup dur et je suis retombée dans ce cercle vicieux... et aujourd'hui, ça fait 8 mois que j'ai arrêté !
Si vous avez besoin d'en parler, pas de souci !

Par klr321, le 17/10/2007 à 07h41
Moi je m'appelle Karine j'ai bientot 15aans , depuis que j'ai vécu chez ma mere j'ai un besoin de me faire pour "evacuer" la douleur sa peut passer par de l'automutilation ou par le fais de provoquer gens jusqua se que ....
Bref moi je n'arrive pas a m'en sortir et c'est dernier je le fais moin , plus même , j'ai rencontré un mec que j'aime et il me fais oublié mes problemes , je crois que je l'aime...
Comme on dit l'amour et le temps guéri les pires blessures ^^ !
Mais c'est vrai que sur le moment l'automutilation est un "defouloir" sa fait vrmt du bien mais apres c'est la pression pour ne pas montrer ses marques et même les cacher ! c'est vraiment une galère

Par camillePF, le 23/06/2007 à 23h44
moi je ne dirais pas mon age mais je me mutile mais très légèrement car je ne pas caché mé bras j'aurais trop chaud mais c vrai que cela fait du bien et ça délivre énormement du mal qu'on a en nous... j'essaye de m'arrêter mais c dur dé que je vois une paire de ciseau c parti je m'écorche les bras!!! aidez moi!!!

Envoie ton témoignage

Pour participer, tu dois t'identifier.

Si tu n'es pas encore inscrit, fais-le, c'est gratuit !

S'inscrire