La théorie du genre sexuel au programme

Parce que des livres de SVT de 1ère L et ES expliquent l'identité sexuelle par le contexte socio-culturel autant que par le sexe biologique, 80 députés UMP demandent leur retrait. Retour sur un débat qui a fait du bruit.

Tasante.com, le 23/09/2011

Opinions, Témoignages (4)

Anonyme, le 29/10/2011 à 18h33
Je connais personnellement un trans-genre, et je pense aussi que cette leçon ne devrait pas être en SVT mais en Philo, car justement mon amie se sait être une femme psychologiquement mais pas physiquement or pour moi l'SVT doit traiter de l'anatomie.

avatar Par Haguendaz, le 01/10/2011 à 01h36
J'aimerais réagir sur ce sujet ! vous aller sans doute me prendre pour une étroite d'esprit mais tant pis, je ne peux pas lire un tel artcile sans réagir et témoigner
Alors voilà, je pense que cettte question d'appartenance sexuelle est un très bon chapitre mais pas en SVT. La SVT s'appuie sur des fait concret, biologique, se base sur des caryotypes, des chromosomes, ds gènes, des protéines et j'en pense. Où a-t-on vu dans un livre de SVT une telle problématique ? Qu'est-ce que le ministère de l'éducation a encore fait ?! Pourquoi une telle horreur en SVT ?
Ne serait-il pas un sujet beaucoup mieux adapté à une matière comme la philosphie par exemple en S et pourquoi pas en Economie Sociale pour les ES.
Alors non, je ne suis pas d'accord avec tout ceux qui pense que ce sujet est un très bon sujet en SVT.

Anonyme, le 24/09/2011 à 14h00
Jeanpierrecanot, j'hésitais moi aussi à réagir sur le sujet, je partage tout à fait ton option sur le fait que la théorie des genre n'a pas sa place dans un manuel de biologie. La biologie, c'est bien sur l'étude scientifique de l'humain. On s'attache au fonctionnement biologique et la philosophie n'y tiens pas sa place. On va pas aborder la question: " si je nais femme avec un appareil sexuel avec un utérus, puis-je tout de même me considéré homme ?" On se croirait parler avec Freud du complexe de castration qui est sensé être résolue, la petite fille "cherchant" un substitue phallique etc. Non mais ou va le monde ?
Bien sur, l'homosexualité l'hétérosexualité, on s'en fout dans le fonctionnement humain, c'est juste que pour faire un enfant il faut un ovule et un spermatozoïde, c'est naturel et on ne peut pas faire d'enfant autrement.
Après la bisexualité ou l'homosexualité, c'est dans la tête, si on préfère un type de coït ou un autre, et bien c'est nous que ça regarde pas la biologie.
Au collège, on étudie l'SVT et bien sur la reproduction humaine, et non pas "sexualité" dans toute sa complexité. Après on est sensé avoir des cours d'éducation sexuelle ou on apprends rien. Je suis une femme à présent, et c'était vraiment pas utile qu'on nous retienne entre filles pour parler de comment mettre un tampon, dans un cours d'éducation sexuelle, là il pourrait y avoir une place sur les genres, les préfèrence, mais aussi de la psychologie entre le fonctionnement masculin et féminin en matière de sexualité. Bien sur il n'y a pas de règles générale régit par des lois incontestable, la psychologie en a, mais chacun a une sexualité en rapport avec sa propre conception du monde extérieur et des relations social. Enfin je me comprends.
Pas d'utilité dans un manuel de biologie sauf sous entendre que c'est biologiquement "normale" dans la reproduction, ce qui n'est pas le cas, la survie de l'espèce ne peut pas être assuré de cette manière, par contre psychologiquement, on peut aimé une personne du même sexe, on peut se sentir plus masculine que féminine et inversement, mais dans la biologie c'est aussi l'étude intérieur de l'humain, avec cellule etc... non pas autre chose. La bisexualité est normal on l'observe chez d'autre mammifère mais deux mâles ou deux femmes n'ont jamais eu d'enfant. Y'a guère que les escargots qui changent de sexe et peuvent à la fois enfanter, à la fois semencer
Bon sang, ils cherchent vraiment à faire la merde.

Par jeanpierrecanot, le 23/09/2011 à 21h18
Théorie du genre, escroquerie intellectuelle.
Les théoriciens du genre n’ont rien de scientifiques et leur théorie n’a rien à voir avec la biologie
Un groupe de soi-disant chercheurs scientifiques en sciences sociales a adressé une lettre au Ministre de l’Éducation Nationale sur l’affaire de la théorie du genre.
Dans leur raisonnement dialectique matérialiste tout est dans ces deux phrases :

« Prendre en compte le fait que la sexualité n’a pas pour seule fin la reproduction mais aussi la recherche des plaisirs
La sexualité n’a par ailleurs jamais concerné uniquement les relations entre personnes de sexe différent. Et puisqu’il s’agit d’un fait établi, quelles raisons, autres qu’idéologiques, justifieraient qu’on l’évacue de l’éducation sur la sexualité ? ».

Libre à eux de considérer que la sexualité doit être coupée en deux : celle qui se rapporte à la perpétuation de l’espèce selon les lois de la nature, et celle jouissive qui se rapporte au plaisir, et à ses excès, que l’on peur retirer dans l’exercice de la première.
Faire de la seconde un sujet d’étude scientifique de la fonction sexuelle dans son ensemble, revient à intégrer la gastronomie dans l’étude scientifique de la fonction digestive, la musique dans l’étude de l’ouïe ou la photographie et la peinture dans l’étude de la vue.

Il ne s'agit donc là que d'un tout petit détail de l'histoire qui n'a aucun caractère scientifique.
On comprend bien cependant que l'affaire fait à merveille le jeu des bouffeurs de curés.

« Ah si mon oncle en avait il ne serait plus ma tante ! »

Envoie ton témoignage

Pour participer, tu dois t'identifier.

Si tu n'es pas encore inscrit, fais-le, c'est gratuit !

S'inscrire