Actu

Des sujets qui font polémique il y en a tous les jours ! Discute, argumente, pousse tes coups de gueule, sens-toi libre de papoter sur ce forum 100% dédié à l'actualité !

Retour au forum

Abus sexuel...

A l'âge de mes 11 ans j'ai été victime d'attouchements sexuel par un ami à mon père. Mon père ne voulant pas de soucis n'avait rien fais car il ne voulait pas faire de problèmes. Du coup j'ai garder ce secret pour moi pendant 5 ans entre dépression, mal être. J'arrivais à vivre avec, puis en sortant de ma 2e dépression beaucoup de choses me sont revenue en tête... Malheureusement mercredi suite à une dispute téléphonique avec mon père j'ai révéler ce lourd secret devant ma mère et mon beau-père... Bien-sur ils ont été furax. Venant d'arrêter mon suivit psy ma mère m'a repris rdv. Ils veulent que j'essaie de me souvenir du moindre détails pour pouvoir retrouver cet homme et lancer un procès... SAUF QUE j'en ai pas envie. Je veux oublier, qu'on arrête de me parler comme a une victime et qu'on me laisse respirer. Je ne veux pas réentendre parler de cet homme ni qu'on me victimise. J'avais réussis à vivre avec et là voilà que je suis au plus mal, je pleur tous les jours, j'y penses sans arrêts... Je ne sais plus quoi faire. J'aurais tellement aimer garder ce secret plus longtemps pour moi... Si vous pouviez me conseiller sa serait sympa. Merci...

26/08/2012 à 18:47

Répondre à ce message

 
Répondre  melanie4567   26/08/2012 à 19:47

Je ne suis peut-etre pas la mieux placée pour en parler mais sache qu'en parler t'aidera a aller mieux crois moi tu vas certainement de dire pourquoi je devrai la croire ? Pendant mon enfance mon père me battais quand j'ai brisé le silence pour la première fois (je l'ai dit une amie) sa a été un cap mais sa m'a aidé grace a elle j'ai reussit a oublier pas totalement parce qu'on oublie jamais mais j'y pense plus et je pleure plus quand j'y pense!
Ton père a été irresponsable de n'avoir rien dit a personne n'importe quel BON père même le mien lui ferai passer un sale quart d'heure...
Tu sais le fait il y'aura toujours quelqu'un pour te vicimiser quoi qu'il arrive c'est ce que les gens appèlent dela pitié... :)
Il ne faut pas que tu te sente coupable c'est lui qui a fait la faute pas toi !Ne l'oublie pas
Si tu veut en parler sache que je suis la et que j'essaierai de t'aider :)
Mel

 
Répondre  IndicaSativa   27/08/2012 à 19:08

Salut,
Je te conseille vivement de déposer plainte. Si tu ne le fais pas pour toi, fais le au moins pour éviter que ce criminel abuse d'autres victimes.
Être victime d'abus n'est ni péjoratif, ni honteux. Si tu portes plainte, tu pourras réellement passer à autre chose. Si tu ne le fais pas, tu seras victime de ce qu'il t'a fait toute ta vie.
Enfin, je pense que ton père risque fortement d'être impliqué dans cette plainte. "Qui ne dit mot consent".
Courage.
A+

 
Répondre  Katniss   27/08/2012 à 19:44

Personne ne veut te victimiser... Je pense que les gens on juste envie de rendre justice, pour que cette personne ne puisse plus recommencer...
Je ne peux pas te dire, "je te comprends", " je sais " mais je pense savoir à quel point ça doit etre dur...
Je pense savoir aussi à quel point tu aimerais oublier... mais si ça se trouve il a peut etre toucher d'autres fillettes qui elles aussi n'ose pas parler et veulent oublier... Je pense que c'est un mal pour un bien. Dès qu'il sera pris, tu pourras tout oublier et repartir sur des bonnes bases dans la vie, devenir heureuse, avoir un copain merveilleux avec plein d'amis qui t'aiment... mais tu ne peux pas vivre comme ça tout le temps, dans le silence... Soit courageuse, comme tu l'as été tout au long de ces années. Je pense fort à toi meme si je ne te connais pas... mais je suis assez sensible et ces histoires me bouleversent...
Tiens bon !

Everdeen

 
Répondre  Stolen   28/08/2012 à 08:55

Si tu n'en as pas envie, et que tu ne te sens pas de porter plainte, alors attends. Tu as jusqu'à 10 ans après ta majorité pour porter plainte, alors tu peux te laisser le temps de te sortir un peu de tout ça avant de faire le grand saut, si finalement tu te sens de le faire.
J'ai moi-même été victime, et je sais à quel point c'est facile à dire le "porte plainte", mais ce que les gens ignore, et ce que j'ai vécu, c'est que lors de la déposition, ils nous demandes absolument tous les détails de ce qu'il s'est passé, et revivre ça encore une fois, c'est dure à encaisser. Donc tu peux te laisser le temps de réfléchir.

Tu veux en parler, c'est pour cela que tu en as parlé à tes parents, tu as besoin de reconnaissance, que oui tu as été victime, et que tu as besoin d'aide pour t'en sortir. Mais pour autant, je comprends qu'ils t'incitent à porter plainte, car ça te reconnaitrait victime, et ça pourrait empêcher qu'il recommence sur d'autre. Mais toi seule à la clé de tout ceci, tu sais qu'au fond, tu as envie de t'en sortir, et selon toi, mieux faut ne pas porter plainte ? Ou au contraire, porter plainte ?
L'important dans tout ça, c'est que tu trouves le moyen de mettre le point final à ce passé traumatique. Que ce soit par plainte et donc rendu public, tous ses proches, et tous les tiens saurons ce qu'il s'est passé, et donc là tu seras reconnue. Soit alors par tes propres moyens, avec une thérapie, la fin de ton sentiment de honte et de pseudo-culpabilité, et en en parlant à tout tes proches.

Tu souffres, et je comprends ô combien ça nous bouffe. Mais toi, tu as le moyen d'être plus forte que les autres, que ton agresseur, et de tous ceux qui ignore ce qu'est ce traumatisme. Soit ton agresseurs te reconnais victime et se fait soigner, soit il niera. Dans la plainte, tu as le moyen accélérer de t'en sortir, de savoir, d'avoir le fin mot de l'histoire.
Soit cet agresseurs nie, soit il avoue et te reconnait. Soit il souffre de ce qu'il t'a fait, soit au contraire il n'en aura rien à faire, mais la justice tranchera si tu portes plainte. Elle dira "il est à risque, il faut l'enfermer" ou alors "tu as été sa victime, mais une obligation de soin et un sursis pourra éviter perte et fracas". Quoi que le jugement donne, saches que tu seras officiellement reconnu victime. Lors du procès on citera "la victime", et donc tu seras reconnu.

Après, je te dis tout ceci, pourtant je n'ai pas porté plainte, j'ai donné mon témoignage mais j'ai refusé de porter plainte. Je ne l'ai pas regretté contrairement à ce que beaucoup penserait, j'ai démêlé mon affaire toute seule. En suivant ma thérapie, je me suis renforcé, et un jour je me suis confronté à mon agresseur, je lui ai mis devant ce qu'il m'a fait, et j'ai attendu sa réaction. C'était décisive, mais pas assez clair. Cet agresseur était mon cousin, et j'ai donc finis, au bout de 8 années de souffrance (après le viol) par cracher le morceau à sa mère, ma tante... Elle m'a reconnu victime, elle a éclairé ma lanterne sur le discours de son fils, mon agresseurs, et j'ai compris alors que lui et sa famille me reconnaissait victime. C'est tout ce dont j'avais besoin. Mais parfois, ce n’est pas possible. Quand c'est en dehors de la famille comme toi.

Beaucoup de psys te conseilleront de porter plainte, mais beaucoup de psys savent que porter plainte, il faut être prêt pour pouvoir supporter les procédures, l'angoisse du résultat etc... Saches que tu as encore du temps devant toi et que tu peux te faire suivre pour soit arriver à t'en sortir seule et si tu es sur qu'il ne sera pas récidiviste (dans ce cas là, attends le délai de prescription mais signale le au cas où, il faut le dire à la justice, si jamais il recommence et que quelqu'un porte plainte, ça sera un point de plus pour la victime qui portera plainte)... Soit alors tu te sentira prête à porter plainte, demander reconnaissance de ton statut de victime dans l'histoire et peut être aussi une forme de vengeance (tu as le droit de lui en vouloir pour ce qu'il t'a fait, ça reste impardonnable). Ca dépends de ton besoin pour surmonter le traumatisme.


Bref, on te l'a dit plus haut, "un mal pour un bien", c'est dans le sens que la procédure est très dure, mais ça mettra le point final à ton histoire, et tu pourras surmonter tout ça plus rapidement encore. Tu es une victime, pas une coupable.

L'important ce n'est pas les faits, qui te font souffrir, c’est la symbolique, ce que ça représente pour toi et ce que tu as ressentis. C'est traumatisant de ne pas trouver d’échappatoire quand ça nous arrive, mais saches que tu n'es pas seule, et que ce n'est pas une honte. Il a pas su se maitriser alors c'est lui qui ait fautif, quoi qu'il se soit passé, on ne fait pas ça, point. C'est quelque chose qui ne doit pas être excusé, l'acte en lui-même est impardonnable.

« Je veux oublier, qu'on arrête de me parler comme a une victime et qu'on me laisse respirer. »

Oublier c’est impossible, à moins que tu souffres d’une dégénérescence de la mémoire. Néanmoins, comme tout, tu peux faire ton deuil et ne plus souffrir. Une partie de toi s’est envolé à ce moment-là, mais toi-même tu peux te reconstruire, et c’est l’important dans tout ça. « Qu’on arrête de me parler comme a une victime ». Et bien tu as été victime par le passé, et là c’est la résonnance du coup, la dépression, les angoisses, mais si tu fais le deuil du passé, en effet, tu n’auras plus ces réaction-là. Le traumatisme va remonter de temps en temps et c’est pour cela qu’il faudrait que tu ais un suivi psychologique pour ne pas que tu souffres vraiment de ces remontée. Personnellement, je m’en suis sortie, j’ai reconstruis ma vie et je suis une femme épanouis avec un couple stable. Et il n’y a pas de raison pour quoi toi tu ne te reconstruises pas.

Tu veux pas qu’on te traite en victime, je crois que tu veux dire par là que tu veux qu’on te confirme que tu l’as été par le passé, mais ce n’est pas parce que tu as été victime que tu es condamné à être catégorisé « victime » pour le reste de tes jours. Si tu ne veux plus être « la victime » qu’on voit quand tu parles de tout ça, encore maintenant, il te faut te reconstruire. De devenir active pour toi-même et pour ta vie. Que tu ne « subisse » plus les évènements de la vie mais qu’au contraire, que tu dises « je me reprends en main ».

Tu sais, suite à tout ce que j’ai vécu j’ai eu beaucoup de soucis de contraception (rejet) et j’en ai donc parlé à mon gynécologue. Il a eu LA phrase qu’il me fallait entendre et qui a cassé mon problème. Il m’a demandé pourquoi je les rejetais toutes comme ça, et paf ! Je lui parle de mes agressions subis par le passé. Il m’a regardé droit dans les yeux. Il m’a dit « tu sais, ce genre de chose c’est un drame, mais de tout temps ça a existé dans la nature, que ce soit humaine ou animale, c’est un drame Naturelle et il n’y a rien à comprendre, il n’y a rien à rationnaliser » Je me suis prise la baffe psychologique à ce moment-là. Au début j’ai mal pris le « drame naturelle » je l’ai entendu comme « c’est normal arrête un peu »… Mais il ne cautionnait pas de pareils actes, mais il est vrai que pour beaucoup ce sont des « accidents » comme lors que tu prends la route et que tu percute un piétons. Ce sont des accidents et il n’y a rien à comprendre sur le «pourquoi moi ? », généralement, c’est le mauvais endroit au mauvais moment. Il n’y a qu’à agir pour toi-même à présent, et à te montrer plus forte. A l’époque ce qui m’aidait à tenir c’est « il ne me tuera pas » et donc je me battais comme ça pour pas « sombrer dans la déprime ». Tu as le droit d’être en colère, après ce que tu as vécu, tu n’as pas à excuser. Mais tu peux agir pour toi-même reprendre ta vie en main, et faire ton deuil car même dans ces atrocités qu’on peut vivre, on peut en extraire une force qui nous sera positive pour le reste de notre vie.

Pour ce qui est de ta reconstruction, je te conseille de suivre une thérapie spécialisée qui utilise une méthode « comportementale » comme la thérapie comportementale et cognitive (sur la perception que tu as des choses). Tu peux trouver un spécialiste sur www.AFTCC.org . Le but n’est pas de ressassé constamment ce qu’il t’est arrivé mais d’aller de l’avant. Après il existe une autre thérapie qui est l’EMDR qui est elle aussi spécialisé pour surmonter les traumatismes. Renseigne-toi, ça vaut le coup.

Mais bon réfléchis quand même au risque de récidive de ton agresseur c’est ce qui est important c’est qu’il ne recommence pas. On ne peut pas te forcer à porter plainte. Mais dis-toi que tu peux toujours y réfléchir, que tu as encore du temps devant toi. Mais le but à présent c’est de te sortir de ce bourbier entre sentiment de honte et dépression. Agis pour ta vie, pour toi. Tu es la seule qui a le pouvoir sur ta vie.

Je crois que ce qui fait le plus mal, c’est que ton père n’a pas réagi comme tu en avais le besoin, il a eu peur des problèmes alors que toi tu ne demandais qu’un soutien de sa part. La mauvaise réaction de nos proches c’est ça le plus dure à encaisser. Moi aussi ça a été le cas, et j’ai dû attendre 8 ans pour cracher le morceau à ma tante (la mère de mon agresseur), et elle m’a reconnu, comme mon agresseur me reconnait « victime » de cet événement. C’est tout ce dont j’avais besoin sachant qu’il se fait suivre. Mais il en a fallu du temps pour que la vérité éclate. Et c’est ce dont tu avais besoin, de déballer la vérité.

Pour la messagerie, rappelez moi le nom du poste en question, merci

 
Répondre  xx-Lova   28/08/2012 à 20:52

Merci Katniss pour ton texte, il m'a fait plaisir.
Stolen tu as de bons arguments,je pense que ce que tu as dis peut m'aider à mieux réfléchir sur quelques possibilités, merci beaucoup =)

 
Répondre  Katniss   29/08/2012 à 10:33

De rien :)
et au cas où, tu peux me parler en privé.
bon courage !

Everdeen

 
Répondre  Stolen   30/08/2012 à 21:33

xx-Lova, je suis disponible pour toi n'importe quand. que tu parle de ça, ça ne peut que te faire du bien, autant savoir ce que veux dire "parler de ça" et pas "ressasser". Message privée, y'a pas de soucis, sinon si tu poste un autre message à ce sujet, si je le peux et le vois en temps et en heure j'y répondrai !

 
Répondre  anonyme666   01/09/2012 à 21:37

Lancer le procès t'aidera à avancer et à te venger, garder ça secret ne te feras que du mal !

Pour la messagerie, faites un copier/collé du sujet du poste en question !

 

S'inscrire