avatar de Kartox
envoie moi un message
  • Anniversaire : le 20/03/1994
  • Ville : Bruxelles
  • Inscrit depuis le : le 12/08/2008
  • Dernière visite le : le 22/12/2008
Kartox

Commençons par le commencement :

Appelé Chris, surnommé Karton, beaucoup de surnom en tout genre mais qui ont tous un sens !
Je suis plutôt radical, si je n'aime pas : je le fais savoir. J'ai des principes : Trahison où mondialisation, tu te le gares dans le fion :)
Je n'aime pas faire de présentation car je ne sais jamais quoi dire, c'est dure de se décrire quand on est parfait, juste ce mot suffit !
Je me fais souvent passé pour un con car l'humour est la meilleure façon d'avoir des sujets de conversations et aussi sûrement pour me cacher; mais quand je me dévoile avec ma passion pour la philosophie et ma grande maturité par rapport à mon âge, les gens croient que je me prends supérieur à eux-mêmes.
J'ai longtemps combattu le complexe de mon physique car j'étais en surpoids. Maintenant, je suis mince et plutôt mignon, ça le fait. Je suis plutôt grand pour mon âge : 1m70. D'ailleurs on m'en donne toujours plus :p
J'ai des ambitions dans la vie : Je veux travailler dans l'art, la créativité c'est toute ma vie. Je voudrais aussi changer le monde comme tout le monde, je n'ai pas de solutions mais des explications. J'ai redoubler ma première, je devrais entrer en 3eme aux Beaux-Arts mais je ne rentre qu'en deuxième en général.
Je déteste l'hypocrisie et les pètes culs. Ceux qui se sentent supérieurs m'exaspèrent !
Le capitalisme monétaire et le matérialisme mondialiste me font chier.
Sinon, je suis très sociable, j'ai beaucoup de connaissances, on apprécie ma franchise, mon humour et ma compassion.

_____________________________

Artistique :

Je joue de la guitare depuis 2mois et j'ai déjà fait une compo. J'apprends seul, je déteste apprendre avec les autres : Ils sont lents d'esprit.

J'écris aussi beaucoup, je n'ai pas beaucoup de texte en mémoire mais en voici quelques uns :





A croire que nous sommes une espèce évoluée
J'ai peur que vous ne soyez pas encore rescapés de notre merdier.

Il y a des gens comme toi qui ne laissent pas de trace,
Une personne que tout le monde oublie, que tout le monde remarque,
Mais que personne n'engage de peur d'être méprisé par les gogoles qui remplissent notre société.

Il y a toi qui prends place dans un lycée,
Déjà condamné par l'amertume de l'éducation à la con,
T'occupe ta chaise et tu la fermes pour pas être remarqué des gens trop cons ou des gens qui ne le sont pas assez,
Tu restes seule et désoles les moments de solitudes incertains qui de te baignent dans un essaim de bien-être.

Il y a toi qui gratte à ta guitare, n'écoutant que le son de ta musique qui t'éclipse dans un monde de ta création,
Tu jongles avec les mélodies comme le gouvernement joue avec vos vies.
Tu t'enfermes dans une bulle bientôt percée par un être ridicule qui veut te gratter l'amitié.



Nous n'avons rien en commun pourtant tout nous unies,
Ces choses non communes, nous laissent dans une vie trop bitume,
Où le sens des paroles à laissé place aux paroles de l'alcool.

Cette connerie qui nous tient la main et ne nous lache qu'à la fin de notre virage,
Toute une vie basée sur le sens de la fierté et de la repartie
Mais nous sommes qui pour décider d'un pouvoir donner par une chose qui ne sait plus nous contrôler ?

Je dois être encore un de ces types beaux parleurs qui ne donnent aucune solution,
Mais je ne me déclare pas Messie d'une génération,
Non je n'ai aucun remède solide à cette maladie : la connerie,
Juste des hypothèses qui vous mettent mal à l'aise.

On a beau l'exprimer par tous les arts,
Y'en a qu'un que l'on adepte c'est l'art de se taire,
Mais même si c'est bien jolie une bouche fermée,
L'ouvrir serrait d'autant plus juste pour tous.

Car enfermés dans notre conspiration,
Nous tournons autour de cons qui bouffent les moutons,
Oui d'accord il faut des règles mais pas des exécutions.



A une vie plus belle . Chris, 7Juin 08 - 00h46







Comme toujours je me lève,
Encore cette putin de sonnerie,
Et je crève,
De devoir quitter ce paradis.

Oui je la hais,
J'étais au pays des rèves,
Fumant ce calumet de la paix,
Mais fini cette trève.

Je reviens doucement à la réalité,
Poussant un soupir,
Ce monde exterminé,
Voulant mourrir.

Retour à ce cercle de vie instable,
Pourtant inébranlable,
Que tout le monde vit,
Que tout le monde subit.



On dit que l'erreur est humaine, je songerai plus que l'homme est une erreur. Certains se satisfont de ce rythme à la con, d'autres expriment la révolution et la plupart du temps les gens lêchent les fions.
L'enfant ne s'exprime pas encore, l'adolescent choque, l'adulte déçoit. Au milieu de tout ça tu dois te croire innocent de ces paroles, mais non toi aussi t'es un con. Car chacun a pour but un égoïsme fatal à lui même.

Mon égoïsme est de me plaindre d'une pas vie si terrible si on l'a compare à d'autre, mais la comparaison ne sert qu'a rétamée une personnalité à peine forgée.




Réveille-toi ! Chris, 17Juin 08 - 19h16





Prends ma main,
Laisse moi t'emmener dans un avenir lointain,
Réalisé tes rêves,
Entamer une nouvelle trêve.

J'ai appris à te connaître,
Dans un avenir toujours traître,
Tu m'es devenue essentielle,
Comme une abeille vit de miel.

Je veux vivre tout l'or du monde,
Eviter les catacombes,
Croire en toi,
Vivre en toi.

Continuer à être,
Plus que paraître,
Devenir ton avenir,
Perdurer tes souvenir.

Enlacer tes promesses,
Chagrins en détresse.
Jouer le jeu,
Nous dire adieu.

Et puis te dire enfin,
D'un élan soudain,
Que c'est toi l'avenir,
En mon dernier soupir.


Amour funeste Chris, 13août 08

Ma signature

Spectateurs de nos échecs, acteurs de nos futurs .

S'inscrire